Éditorial

Il est de coutume en commençant un blog de présenter son projet, son objet, ses intentions, ainsi que les lignes directrices qui permettent de mieux connaître les idées et la démarche de celui qui écrit. « Le monde des djinns » est un projet dont nous avons nourri l’idée lors de nos deux dernières années de doctorat. Notre travail sur « La magie islamique et le corpus bunianum au Moyen Âge » a montré que l’histoire de la magie suscite l’intérêt d’un public tant académique que non-académique. Le Šams al-maʿārif (Le soleil des connaissances) d’al-Būnī (m. 622/1225), principal ouvrage sur lequel ont porté nos travaux, est aujourd’hui encore maintes fois lithographié, édité et réédité. Il est toujours le manuel d’introduction aux sciences occultes dans le monde musulman contemporain. Il enseigne les utilisations magiques du Coran, mais aussi l’art d’invoquer les anges et les djinns. Ainsi, avec M. le professeur Pierre Lory, nous avons traduit des extraits de sa version la plus tardive en français, accompagnés des figures de l’ouvrage, calligraphiées pour l’occasion par Saïd Benjelloun. L’ouvrage, paru en avril 2013, nous a permis de constater une fois encore que la magie et les sciences occultes en Islam au Moyen Âge suscitent beaucoup d’intérêt. Cela acheva de nous convaincre de l’intérêt que pourrait susciter un blog sur ce thème. L’objet de ce carnet de recherche est donc de rendre compte et de diffuser nos travaux, pistes de réflexion ainsi que les diverses manifestations scientifiques et culturelles sur le sujet.

« Le monde des djinns » a plusieurs objectifs :

– diffuser nos propres recherches sur l’histoire de la magie en Islam au Moyen Âge et permettre des échanges avec d’autres chercheurs afin d’ouvrir de nouvelles perspectives et hypothèses,

– présenter des aspects de la magie et du monde occulte dans la civilisation islamique pour un public non-spécialiste,

– rendre compte de l’actualité scientifique et culturelle ayant trait aux différents aspects de l’occulte en Islam au Moyen Âge.

Sceau de la lettre ǧīm

Sceau de la lettre ǧīm
Calligraphié par Saïd Benjelloun d’après le Šams al-maʿārif d’al-Būnī
Source : al-Būnī, Talismans, tr. Pierre Lory et Jean-Charles Coulon, Paris, Éditions Orients, 2013, p. 83.

Pourquoi « Le monde des djinns » ?

Sous cette appellation se cache en réalité le monde invisible de l’Islam. En effet, le djinn est un être invisible, qui, à l’instar de l’être humain, est mortel, doué d’intelligence et de foi, qui peut embrasser une religion ou non. Bien que vivant dans le monde invisible, il arrive que des djinns viennent interagir sur le cours de la vie des êtres humains. Ils peuvent alors inspirer les poètes, les devins, provoquer une maladie ou au contraire indiquer comment s’en défaire, se venger d’un préjudice, s’amouracher d’un être humain, etc. Du fait que ce monde n’est pas soumis au contrôle des théologiens, jurisconsultes ou hommes de pouvoir1, le monde des djinns nous fait ainsi découvrir des aspects moins connus de la civilisation islamique. Tobie Nathan, à partir de son expérience en ethnopsychiatrie, a ainsi décrit le monde des djinns dans un de ses articles :

Si la religion construit des groupes, participe à la fondation d’espaces sociaux, contribue à l’intelligence des faibles et des démunis, le monde des djinns engage qui s’y aventure dans l’exploration des marges, des envers, des lignes de fuite. La religion installe un ordre ; le monde des djinns récupère les exclus de cet ordre, les soigne, les réintègre dans des niches spécifiques. Si la religion construit les murs, le monde des djinns y creuse des fentes, explore sans cesse les failles, agrandit les cavités et propose des façons de s’y installer à demeure.2

Ce sont ces failles et lignes de fuite que nous nous proposons d’explorer. L’existence d’un monde invisible fut le préalable au développement de la magie et des sciences occultes islamiques. L’étude de ces thèmes conduit à une meilleure compréhension des représentations et de toute la logique de l’articulation du symbolique et du sacré dans la civilisation arabo-islamique médiévale. Les sciences occultes étant solidement établies sur la terre des syncrétismes, leur étude est un moyen d’évaluer et de comprendre les échanges et héritages culturels à une époque donnée.

Le monde des djinns permet également de mieux comprendre le rapport des civilisations occidentales vis-à-vis des civilisations islamiques. En effet, l’univers des Mille et une nuits traduites par Antoine Galland, la mythologie arabe dont raffolaient des écrivains orientalistes français au XIXe siècle, les ouvrages de Howard Philips Lovecraft ou encore plus récemment l’histoire d’Aladdin revisitée par Disney, ont façonné notre représentation de la culture arabo-musulmane, donnant un cachet exotique à sa littérature. Revenir aux sources de ces représentations permet de mieux les déconstruire et se défaire de son propre conditionnement.

Notre formation en histoire médiévale et études arabes ne nous autorise pas à appréhender pleinement ces mêmes thèmes dans les cultures écrites persanes et turques. Néanmoins, lorsque l’occasion se présentera, nous pourrons y proposer quelques réflexions, étant entendu qu’il ne s’agit pas là de notre domaine de spécialisation. De même, lorsqu’un thème ou un ouvrage relevant plutôt de la chrétienté latine ou grecque médiévale nous semble pouvoir être mis en parallèle avec un élément similaire de la civilisation arabo-musulmane, nous pourrons occasionnellement le présenter. Nous souhaitons ainsi être le plus large possible afin que ce carnet de recherche n’intéresse pas les seuls arabisants ou historiens médiévistes, mais puisse être l’occasion d’échanges et de réflexions transdisciplinaires, transhistoriques et transculturelles.

Le djinn éclair

Le djinn éclair (gravure de Charles Marville)
Source : Les mille et une nuits, tr. Antoine Galland, Paris, Ernest Bourdin et Cie, 1839-40, II, p. 466 ; sur gallica.bnf.fr/ (Bibliothèque nationale de France).

Catégories de billets

Les billets seront classés selon différentes catégories, rassemblées en trois groupes. Un des groupes concerne la publication ou manifestation qui a inspiré le billet : expositions, ouvrages, conférences, séminaires, colloques, journées d’études et autres manifestations seront pour nous l’occasion d’écrire des comptes-rendus ou de développer des aspects périphériques qui peuvent concerner les djinns ou les sciences occultes en Islam. Un autre groupe sépare les billets concernant le Moyen Âge de ceux concernant les époques modernes et contemporaines. En effet, bien que centré sur le Moyen Âge, nous écrirons parfois sur des aspects contemporains de notre thème. Enfin, un autre groupe correspond au sujet des billets eux-mêmes : « Anges, djinns et démons », « Objets magiques », « Littérature arabe », « Savants d’autrefois », « Traités et manuscrits », « Orientalisme et érudits contemporains », « Astrologie », « Alchimie », « Divination » et « Méthodes et débats » sont les catégories définies à ce jour. L’expérience du carnet de recherche nous indiquera si elle a besoin d’être complétée ou révisée.

Source : al-Qazwīnī, <em>ʿAǧāʾib al-maḫlūqāt</em>, Paris, BnF, Smith-Lescouëf 221, fol. 33b ; sur gallica.bnf.fr/ (Bibliothèque nationale de France).

L’ange Isrāfīl soufflant dans la trompette du Jugement dernier
Source : al-Qazwīnī, ʿAǧāʾib al-maḫlūqāt, Paris, BnF, Smith-Lescouëf 221, fol. 33b ; sur gallica.bnf.fr/ (Bibliothèque nationale de France).

Conventions et règles suivies

« Le monde des djinns » ne s’adresse pas exclusivement à des spécialistes, mais il n’en est pas moins un carnet de recherche et la tenue du blog répond donc aux exigences des travaux académiques. Aussi, nous citerons nos sources le plus précisément possible et userons du système de translittération de la revue Arabica pour transcrire les noms propres arabes et de courts extraits de textes. Afin que les connaisseurs de la langue arabe puissent retrouver l’original derrière les traductions d’extraits de textes arabes qui appuieront nos propos, nous reproduirons les textes arabes autant que possible. La mise en regard des deux versions permet également de discuter de la pertinence des choix de traduction.

L’échange est en effet un des buts du carnet de recherche électronique : il permet, dans un format plus court, d’élaborer des hypothèses, présenter des recherches en cours et permettre une critique ou des apports immédiats par le biais des commentaires. Dans la mesure où il s’agit d’un carnet de recherche, « Le monde des djinns » n’est pas un blog promotionnel, et pour cela nos billets sur les sorties d’ouvrages, les expositions, les conférences et autres manifestations scientifiques et culturelles seront l’occasion d’y exercer un jugement critique. Nous avons opté pour une politique de modération a priori : un commentaire n’apparaît pas avant d’avoir été validé, ce qui nous permettra d’exclure d’emblée tout propos qui pourrait tomber sous le coup de la loi. Tout commentaire qui contiendrait un propos raciste, islamophobe, xénophobe, sexiste, antisémite, homophobe, transphobe, etc. ne sera pas validé et disparaîtra dans les oubliettes du web. Nous ne souhaitons pas pratiquer de censure excepté pour ce type de commentaire qui n’a pas sa place dans un espace d’expression ouvert. Toute critique argumentée est bien entendu la bienvenue : c’est même la raison d’être d’un carnet de recherche électronique. Nous attendons de même de nos aimables lecteurs qu’ils mentionnent la source lorsqu’ils reprennent des passages ou des idées de ce carnet pour leurs propres écrits.

Afin de rendre la lecture plus agréable, nous tenterons d’inclure autant que possible des illustrations. Nous n’emploierons que des images libres de droit ou dont nous aurons préalablement demandé l’autorisation d’utilisation dans le cadre du blog.


Pour citer ce billet : Jean-Charles Coulon, « Le monde des djinns : présentation », Le monde des djinns [Carnet de recherche], http://djinns.hypotheses.org/66, mis en ligne le 18 août 2013, consulté le…

  1. Les hommes de pouvoir ont manifesté beaucoup d’intérêt pour les sciences occultes au Moyen Âge. De nombreux manuscrits de textes magiques leur sont dédicacés. Cependant, le souverain ne peut avoir de prise directe sur le monde invisible, quand bien même il entendrait contrôler la production de textes magiques ou l’exercice des professions de l’occulte. []
  2. Tobie Nathan, Nous ne sommes pas seuls au monde. Les enjeux de l’ethnopsychiatrie, Paris, Le Seuil (« Points », 575), 2001, p. 213-214 et Du commerce avec les diables, Paris, Le Seuil (« Les Empêcheurs de penser en rond »), 2004, p. 46. Le texte a été publié à l’origine dans l’article « Corps d’humains, corps de djinns », Prétrentaine, 12-13 (2000), p. 71-90. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.