Atelier du GIS « Moyen Orient et monde musulman » : La magie et les sciences occultes dans le monde islamique

Atelier 31 pour le congrès du GIS « Moyen Orient et monde musulman »
La magie et les sciences occultes dans le monde islamique
Organisation : Jean-Charles Coulon

Jeudi 9 juillet 2015, 9h30-15h30
Inalco (Pôle des Langues et Civilisations, salle 3.13)

Depuis l’ouvrage monumental d’Edmond Doutté Magie et religion dans l’Afrique du Nord paru à Alger en 1909, les études sur la magie en islam ont considérablement évolué. En effet, c’est d’abord l’ethnographie qui a investi ce champ d’étude avec les nombreux relevés des savants de l’époque coloniale qui ont noté les pratiques dont ils étaient témoins, et, lorsqu’ils en avaient la compétence, retrouvaient les textes et les sources de ces rituels et objets. Leur analyse était bien souvent ahistorique : la magie était perçue comme une pratique pluri-millénaire relevant d’une tradition figée, dont certaines pratiques trouvaient leur origine dans un traité, mais qui bien souvent venaient de « la nuit des temps ». James George Frazer, dans Le rameau d’or, entérina l’idée que la magie correspondait à un stade de la pensée humaine antérieur à la religion. La religion elle-même aurait précédé l’avénement de la science, aboutissement de la pensée humaine. La magie restait donc le domaine des « primitifs », et la présence de magie dans les sociétés musulmanes était perçue comme un héritage antéislamique révélateur d’une forme de retard évolutif de l’islam, opposé aux progrès scientifiques majeurs d’un « âge d’or » dû à la découverte des traités grecs. Ces paradigmes coloniaux opposant islam et science ont été fortement critiqués et remis en cause, permettant le développement de nouvelles perspectives d’analyse du fait magique dans les sociétés musulmanes.
Historiquement, trois traditions magiques principales existent en Islam. Il y a d’abord la tradition locale antéislamique, tradition très différente selon les régions et qui a pu se maintenir de manière plus ou moins tolérée. La marge d’interprétation de la tradition prophétique est souvent suffisamment large pour permettre cette continuation ou adapter le rite aux préceptes majeurs de l’islam. Cette magie repose souvent sur une transmission orale. Un second courant s’est développé à l’époque abbasside. En effet, avec la traduction des œuvres philosophiques et scientifiques grecques, indiennes ou persanes, la médecine, l’astrologie, l’alchimie et beaucoup d’autres sciences occultes se développèrent sous l’appellation de « sciences de la nature » (ʿilm al-tabīʿa). La « science des talismans » (ʿilm al-ṭalāsim) en est une des disciplines fondamentales, à laquelle est consacré le Ġāyat al-ḥakīm (Le but du sage), traité plus connu sous le nom de sa traduction latine : le Picatrix. Enfin, à partir du XIIIe siècle, le développement du soufisme confrérique a aussi favorisé la diffusion de la « sciences des lettres et des carrés magiques » (ʿilm al-ḥurūf wa-l-awfāq), également appelée sīmiyāʾ. Cette science repose sur l’idée que le monde créé est un langage divin et que la compréhension pleine et entière de ce langage, à travers le Coran et l’enseignement des maîtres soufis, permet d’agir sur le monde en en exploitant les lois occultes. Cette magie se conçoit comme une grammaire de la création. Le traité le plus emblématique de cette tradition est le Šams al-maʿārif (Le soleil de connaissances) attribué à al-Būnī (probablement mort en 1225). Loin de s’opposer, ces trois « pôles » coexistent selon des proportions et un rapport qui diffère selon l’époque, la région ou la religion de ses praticiens.
Les grandes différences historiques, géographiques, religieuses, culturelles et linguistiques des nombreuses régions qui furent au contact de l’islam, du Maghreb à l’Extrême Orient, expliquent qu’il n’existe pas une tradition magique islamique unique et intemporelle. Au contraire, la magie, domaine du syncrétisme par excellence, a un potentiel d’adaptation et d’évolution infini.

Le GIS a pour vocation de « décloisonner les divisions et les subdivisions héritées de l’époque coloniale et post-coloniale », « permettre à des thèmes de recherche communs d’être abordés à la fois par des historiens et des spécialistes du contemporain » et « favoriser la pluridisciplinarité, par la collaboration entre spécialistes des sciences humaines et sociales (histoire, philosophie, littérature, sociologie, anthropologie et politologie) »1. L’atelier aura donc pour vocation de présenter des cas et des exemples variés mettant en évidence la diversité des traditions et pratiques magiques, astrologiques ou alchimiques du monde islamique malgré l’existence de sources et d’éléments fondamentaux communs. Ce monde islamique sera présenté dans toute sa diversité, à la fois historique (du VIIe au XXIe siècle), géographique (du Maroc à l’Extrême Orient) et linguistique (arabe, persan, turc, hébreu, berbère, malgache, bambara, etc.).


PROGRAMME

Premier panel : Le monde des djinns

9h30-10h30
Modérateur : Jean-Charles Coulon

• Le rôle des djinns dans le salut des humains, par Pierre Lory (EPHE)

Les djinns sont cités abondamment dans le Coran et dans le hadith, où ils apparaissent principalement comme des tentations vers l’idolâtrie, la magie et la divination. Tous ne sont toutefois pas transgresseurs ou pervers. Certains pourraient-ils même devenir des auxiliaires utiles dans la voie du salut ? Le rôle religieux des djinns apparaît en tout cas moins marginal qu’il n’y paraît parfois.

• Quelques pièces de la collection de documents arabes de la Geniza rassemblée par David Kaufmann (Budapest), par Anne Regourd (CNRS, UMR 7192)

La Bibliothèque de l’Académie des sciences de Budapest abrite une partie importante de documents en hébreu, judéo-arabe et arabe provenant de la Geniza du Caire et rassemblés par David Kaufmann. Les documents arabes, au nombre de 80, incluent des feuillets de codex, dont certains intéressent le panel2. Après un survol de ces documents, on se concentrera sur un fragment d’un livre médical, le Kitāb Ṣifāt al-mulūk, portant sur les vertus et les vices des rois des djinns (DKG 252a-b).


10h30-11h : pause café

Deuxième panel : La magie dans la littérature médiévale

11h-12h
Modérateur : Jean-Charles Coulon

• La place de la magie dans le Šāh-Nāme de Firdawsī, Anna Caiozzo (Paris VII)

La magie est le moteur du Šāh-Nāme de Firdawsi, et nous ici suivrons une figure celle du roi magicien des origines à la fin de l’empire iranien ou presque et dans les copies enluminées tout particulièrement.

• Un énigmatique texte magique dans un ms géographique du XIIe siècle, par Jean-Charles Ducène (Université Libre de Bruxelles / EPHE)

Le manuscrit de Médine du Kitāb al-Masālik wa-l-mamālik d’al-Isṭaḫrī (ʿAref Ḥakamt Ǧuġrāfiyā 910/7) présente, sur un recto, un texte magique arabe qui contient lui-même plusieurs mots en une écriture qui ressemble au grec. Le but de la communication est d’essayer d’en trouver le sens.


12h00-13h30 : pause déjeuner

La cour de Salomon

La cour de Salomon
Sayyid Muḥammad b. Amīr Ḥasan al-Suʿūdī, Maṭāliʿ al-saʿāda wa-yanābīʿ al-siyāda, MS Paris, BnF, Turc sup. 242, fol 131v.
Source : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8427189w/f272.item
© BnF-Gallica

Troisième panel : La magie en Afrique de l’Ouest et en Afrique du Nord : perspectives contemporaines

13h30-14h40
Modératrice : Anna Caiozzo

• Les amulettes islamo-africaines : du « marabout » au client, du sportif aux guerriers antibalaka de République centrafricaine, par Alain Epelboin (CNRS, Museum National d’Histoire Naturelle)

À partir d’amulettes et d’objets magiques collectés à la décharge à ordure de Dakar depuis 1983 (Collection ALEP UMR 7206 CNRS-MNHN), des enquêtes ethnographiques et vidéographiques menées depuis lors auprès de devins-guérisseurs et de leur clientèle, ainsi qu’une veille internet, nous présenterons des usages contemporains de ces objets en Afrique et dans le monde. Les écritures talismaniques seront envisagées du point de vue des illettrés arabes.
Il est conseillé de consulter ou de télécharger le catalogue multimédia de la collection ALEP3 : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01081672

• Un côté caché du marché libraire islamique malien : des manuels pour petits magiciens autodidactes , par Francesco Zappa (Université d’Aix-Marseille/IREMAM)

Cette communication se penchera sur une littérature mineure, circulant depuis quelques années dans les librairies islamiques de Bamako, qui met à la disposition du grand public des techniques magiques souvent élémentaires, puisées à des répertoires divers. On se focalisera notamment sur les stratégies par lesquelles ces publications essayent de contourner la méfiance, voire les anathèmes dont ces pratiques font l’objet dans une sphère publique marquée par la présence de plus en plus affichée des courants d’inspiration wahhabite.

• Bénédictions et malédictions dans les parlers arabes des juifs du Maghreb, par Jonas Sibony (Inalco)

Les formules de bénédiction et de malédiction utilisées dans les différents parlers arabe des juifs du Maghreb empruntent largement au fond maghrébin commun. Pourtant, elles sont aussi le reflet de la pluralité culturelle et cultuelle de la région en s’inspirant d’éléments culturels particulièrement juifs ou en piochant dans les lexiques hébraïque, araméen ou judéo-espagnol.

Quatrième panel : La magie islamique et les échanges culturels autour de l’Océan Indien

14h40-15h30
Modératrice : Anna Caiozzo

• L’astrologie antémoro, par Philippe Beaujard (CNRS, Imaf)

À la fin du XVe siècle, des musulmans s’établissent dans le Sud-Est de Madagascar, à l’embouchure du fleuve Matatàña. Ils apportent avec eux des manuscrits écrits en caractère arabe et à contenu largement « magico-religieux ». Le savoir de ces manuscrits recopiés et transformés au fil des siècles s’est conservé jusqu’à aujourd’hui. Le contenu des manuscrits montre que l’origine de ce savoir n’est pas seulement liée au monde arabo-musulman occidental, mais aussi à l’Inde et à l’Asie du Sud-Est. L’origine d’une partie de ce savoir reste en outre à identifier.

• Le mystérieux Livre de Šarāsīm l’Indienne (Kitāb Šarāsīm al-Hindiyya), par Jean-Charles Coulon (IRHT)

La BnF conserve deux manuscrits d’un traité intitulé Kitāb Šarāsīm al-Hindiyya. Šarāsīm al-Hindiyya est réputée avoir été une femme d’origine indienne du harem du calife abbasside Hārūn al-Rašīd (786-809). Son existence est sujette à caution. Pourtant, le traité qu’on lui attribue est parfois mentionné au Moyen Âge comme un ouvrage essentiel de l’initiation aux sciences occultes. Nous présenterons donc ce texte inédit et sa tradition manuscrite.


Nous tenons à remercier Catherine Mayeur-Jaouen qui nous a proposé l’organisation d’un atelier au sein du congrès du GIS, l’ensemble des participants à cet atelier, ainsi qu’à Guy Sinelle, qui a mis à notre disposition du matériel d’enregistrement, et à Olivier Bondéelle, qui a assuré la captation de l’atelier.

Nous remercions également la BULAC qui nous a apporté son soutien pour l’organisation de cette journée.


Pour citer ce billet : Jean-Charles Coulon, « Atelier du GIS « Moyen Orient et monde musulman » : La magie et les sciences occultes dans le monde islamique », Le monde des djinns [Carnet de recherche], https://djinns.hypotheses.org/609, mis en ligne le 20 octobre 2015, consulté le 22 avril 2018.


  1. Extrait du projet de convention de création du groupement d’intérêt scientifique (GIS) « Moyen-Orient et mondes musulmans » (10 février 2013). []
  2. Voir Anne Regourd, « Arabic documents from the Cairo Geniza in the David Kaufmann Collection in the Library of the Hungarian Academy of Sciences—Budapest », Journal of Islamic Manuscripts, 3/2 (2012), p. 1-19 ; « Ǧāḥiẓiana. Addition à l’essai d’inventaire de l’œuvre ǧāḥiẓienne : le Kitāb al-fityān retrouvé ? », Arabica, 60/1-2 (2013), p. 106-130. []
  3. Alain Epelboin et Constant Hamès, Collection ALEP : amulettes et objets magiques collectés dans les ordures (Mbebess Joal, Mbour, Sénégal, Afrique, Europe) 1983-2014. Catalogue multimédia de l’exposition 2014 IMA Tourcoing « Arts secrets : les écritures talismaniques d’Afrique de l’Ouest », 788 pages, 130 Mo. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *