Faire et défaire envoûtements et maléfices : savoirs, pratiques et représentations (journée d’étude)

Le jeudi 11 avril 2024 a lieu la journée d’étude « Faire et défaire envoûtements et maléfices : savoirs, pratiques et représentations », troisième du programme APR-IA DIMAGIR (2020-2024) (Divination, magie et répression à la fin du Moyen Âge), organisée par Martine Ostorero (Université de Lausanne) et Julien Véronèse (Université d’Orléans) à l’Université d’Orléans (UFR LLSH, Salle du Conseil).

Figures de l'astronomia dans la Sacratissima ars notoria
Figures de l’astronomia dans la Sacratissima ars notoria
Source : Sacratissima ars notoria, MS Paris, BnF, Latin 9336, fol. 22r
URL : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b525108283/f49.item

Argumentaire

Dans les textes de magie savante médiévaux et notamment de magie rituelle, l’art du « maître », assimilé en partie à celui d’un prêtre ou d’un exorciste, repose sur l’exercice d’un pouvoir, celui de lier et de délier (potestas ligandi vel solvendi), pour produire le bien comme le mal. Dans sa Summa sacre magice (1346), Bérenger Ganell en rend compte à sa manière, dans un chapitre intitulé « De arte incantandi et disincantandi » (V, II, c. 5), où il procède à un inventaire synthétique de tous les moyens qui permettent aux « véritables mages » de faire et de défaire l’influence magique, de l’utilisation des noms de Dieu, des noms des anges (le cas échéant liés aux planètes) ou des noms d’esprits et de démons, de leur mise en image sous forme de « caractères », de la récitation d’invocations (pour les anges) et de conjurations (pour les démons), jusqu’à l’usage d’herbes et de pierres. Parmi ces moyens figurent aussi les « images », dont ils donnent deux exemples placés sous l’influence de Saturne, la première pour produire l’illusion d’une transformation (prestigium), l’autre pour tenir une personne captive. Les fonctions allouées aux images, auxquelles sont dédiés des traités spécifiques, sont nombreuses, tant bénéfiques que maléfiques, de la génération de l’amour, de l’amitié ou de la faveur, à celle de la maladie, de la haine ou de la destruction. Dans tous les cas, l’influence exercée sur la cible relève d’une forme d’envoûtement ou de lien (en général de nature spirituelle), que le magicien, et les textes sur lesquels il se fonde, ont tout autant les moyens de produire que de lever, avec l’aide de Dieu.

L’envoûtement par le biais d’images a, on le sait, grandement participé à la qualification de la magie, associée à l’« invocation des démons », comme pratique hérétique à compter du pontificat de Jean XXII. Dans les actes de procès pour magie des XIVe-XVe siècles, qui ont parfois un fort enjeu politique, le pouvoir de l’envoûteur n’est généralement pas univoque, conformément à la pratique magique elle-même. Si les juges l’accusent en général de produire la haine (entre deux puissants) ou de nuire à l’intégrité physique et/ou psychique de sa cible, l’accusé plaide, du moins pendant un temps, qu’il cherchait au contraire à garantir la concorde ou la guérison, et parfois, semble-t-il, non sans raison. Dans d’autres cas, le « nigromancien » exerce la fonction de l’exorciste (et réciproquement) au bénéfice d’une clientèle qui recourt volontiers à ses services, à l’instar par exemple de Niccolò Consigli à Florence, dont le procès en inquisition en 1384 rapporte qu’il produisait des images maléfiques associées à une forme d’invocation des démons, tout autant qu’il se livrait à des rituels de dépossession, par exemple pour guérir une jeune fille de l’emprise démoniaque. Quant aux maléfices dont font état les procès en sorcellerie ou les traités de démonologie, et le cas échéant, l’association entre sorcellerie et possession démoniaque, ils appellent eux aussi, outre l’action purgative du juge, la mise en action des exorcistes, comme en rend compte Henri Kramer dans son Malleus maleficarum (1486), voire les Rituels d’exorcisme eux-mêmes à compter du XVe siècle.

Il s’agira donc, durant cette journée, d’étudier, en mobilisant divers types de sources (textes de magie, charmes et brevets ; procès pour magie ou sorcellerie (et autres documents de nature judiciaire, telles les lettres de rémission) ; traités scolastiques consacrés aux « superstitions », aux « invocateurs de démons » ou aux sorciers/sorcières ; rituels d’exorcisme, etc.), entre savoirs, pratiques et représentations :

1) les modalités théoriques et pratiques de l’envoûtement, du maléfice et de leurs remèdes (tant magiques qu’ecclésiastiques), entre secret et publicité ;

2) les fonctions et les contextes sociaux et politiques de leurs usages (ce qui n’est souvent pas sans lien avec les rapports de pouvoir à différentes échelles) ;

3) le pedigree de leurs acteurs, de leurs commanditaires ou des témoins (notamment dans le cadre judiciaire) et les stratégies discursives mises en place dans la façon d’en rendre compte, tant par les accusés que par leurs accusateurs ;

4) les attitudes et perceptions, individuelles ou collectives, face à l’ensorceleur/envoûteur ou à l’ensorcelé/envoûté (moyens de protection, défense, violence, etc.), et la manière dont elles sont énoncées.

Programme

9h45 : Accueil des participants.

Président de séance : Jean-Patrice Boudet

10h15 : Martine Ostorero (Université de Lausanne), Introduction

10h30 : Hélène Colleu (Université d’Orléans), « De magister à medicus : faire et défaire les maux infligés »

Pause café

11h15 : Jean-Charles Coulon (IRHT-CNRS), « Les procédés magiques dans le Livre de Sharāsīm l’Indienne »

Discussion

12h30 : déjeuner buffet (sur le campus)

Présidente de séance : Martine Ostorero

14h00 : Pau Castell Granados (Université de Barcelone), « Les ligatures magiques dans les procès de sorcellerie en Catalogne »

14h45 : Olivier Silberstein (Université de Neuchâtel), « Le maléfice au tribunal : les témoignages dans l’engrenage judiciaire des procès de sorcellerie »

Discussion et pause

Président de séance : Julien Véronèse

15h45 : Maxime Gelly-Perbellini (EHESS / Université Libre de Bruxelles), « Délier les sorts, frapper à mort. Quelques remarques sur les cas de violence-homicide à l’encontre du corps sorcier dans les lettres de rémission (XIVe-XVe siècle)  »

16h30 : Florence Chave-Mahir, « Exorcismes et envoûtements dans le Malleus Maleficarum (1486) »

Discussion et fin des travaux



Citer ce billet
Jean-Charles Coulon (2024, 3 avril). Faire et défaire envoûtements et maléfices : savoirs, pratiques et représentations (journée d’étude). Le monde des djinns. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w5n3

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search