Combattre les yeux fermés : magie, talismans et incantations dans la guerre dans l’Orient médiéval (compte-rendu de la conférence d’Abbès Zouache)

Dans le cadre du séminaire « Images et magie dans le monde oriental médiéval » organisé par Jean-Patrice Boudet et Anna Caiozzo, Abbès Zouache a présenté le lundi 16 décembre 2013 une conférence sur le thème « Combattre les yeux fermés. Magie, talismans et incantations dans la guerre dans l’Orient médiéval ». Cette conférence est l’objet d’un article d’Abbès Zouache à paraître très prochainement, dont nous vous transmettrons bien évidemment les références.

L’histoire a longtemps abordé la guerre sous le seul angle de la stratégie militaire. L’historiographie traditionnelle ne s’occupait ainsi jamais des guerriers. Ce n’est que récemment qu’émergea une histoire culturelle de la guerre, où celle-ci est étudiée comme un révélateur des hommes et des sociétés. La dimension psychologique fut également abordée dans ce renouvellement historiographique.
Pour les guerriers, comme pour tous les hommes, la vie est un miracle et la mort source d’effroi, or, guerre et mort sont un couple indissociable. Ainsi, des protections magiques ont été élaborées, mais bien peu d’historiens se sont intéressés aux outils ou pratiques jugées « étranges ». Le contexte historique dans lequel est abordée cette problématique durant la conférence est l’Orient au XIe au début du XVIe siècle, soit une époque de sultanats militaires qui voit une professionnalisation et une rationalisation de la conduite de la guerre.

I. Discours, guerre, magie

Il y a relativement peu de discours organisé explicitant des phénomènes. Ainsi, alors qu’on pourrait s’attendre à une intrusion du merveilleux dans les récits interprétant les Croisades, celui-ci demeure très rare et marginal. On peut toutefois avancer des exemples, comme l’Abrégé que l’Alépin al-ʿĀẓimī (483/1090, m. après 556/1161) écrivit à partir de sa chronique, dans lequel il mentionne qu’en 1095, juste avant l’annonce de la première Croisade, Saturne était en Vierge. On peut alors se demander si l’annonce de cette conjonction eut réellement lieu ou si cette mention ne vise qu’à traduire l’aspect funeste de cet événement. Saturne et Mars sont en effet de mauvais augure et associés à la guerre (particulièrement Mars, dont c’est l’attribut premier). Al-Qazwīnī (né vers 600/1203, m. 682/1283) indiquait que Saturne était l’étoile du malheur.

Quand les Mongols arrivent en Syrie, les chroniqueurs signalent tout de même une multiplication des prédictions. Ibn al-Qalānisī (né vers 465/1073, m. 555/1160) procède comme al-ʿĀẓimī et associe l’arrivée des Croisés à une position astrale spécifique. En Orient, guerre et astrologie sont ainsi associés.
Avant la bataille de Mantzikert (463/1071), l’Évangile aurait aussi été réinterprété.
L’importance de l’astrologie à la cour des califes est bien connue, et on mentionne volontiers le nom d’Abū Maʿšar (171/787-272/886) et de l’importance qu’aurait accordé à ses écrits le calife al-Maʾmūn (r. 198/813-218/833). Concernant la guerre, Mars et Saturne sont des planètes décisives.

La présence d’astrologues à la cour n’a cependant pas toujours été appréciée à partir du IVe/XIe siècle, et des souverains furent même loués pour leur rejet des astrologues. Par exemple, d’après le Kitāb al-Fatḥ al-qussī fī l-fatḥ al-qudsī de ʿImād al-Dīn al-Aṣfahānī (519/1125-597/1201), le dynaste Saladin (r. 567/1174-589/1193) était réputé ne pas se fier aux astrologues et aux ratiocineurs. Cette mise en valeur du rejet des astrologues témoigne des luttes d’influence dans l’entourage du souverain. Cette tendance est toutefois à nuancer puisque Baybars (r. 658/1260-676/1277), d’après le Taʾrīḫ al-nawādil, s’appuyait largement sur les astrologues. La mise en scène de la vie du sultan dans la Sīrat al-Malik al-ẓāhir Baybars indique que le public était friand de récits mettant en scène le souverain aux prises avec les mondes visibles et invisibles.

Cependant, il est légitime de se demander si l’astrologie influait réellement sur la capacité des souverains à décider la guerre. Ibn al-Aṯīr (555/1160-630/1234) indiquait que Saʿd al-Dawla (né en 303/916, r. 333/945-356/967) évitait de monter à cheval car des astrologues avaient prédit qu’il mourrait d’une chute de cheval. L’anecdote montre le rapport ambigu des auteurs arabes avec l’astrologie et les pratiques magiques.

Muḥammad b. Mänglī al-Nāṣirī (né entre 700/1300 et 705/1306, date de mort inconnue), auteur du service du Mamlūk al-Mutawakkil I lors de son premier règne (1362-1377), revient sur l’utilisation de la magie dans son Kitāb al-Siyāsa (Le livre de la politique). Dans le Tadbīr, il décrit plusieurs plans de formation pour les batailles et évoque les pouvoirs des lettres subtiles. Il préconise par exemple d’inscrire des séries de lettres telles que ʿ.M.Ā sur les armes.
Les ouvrages dédiés aux chevaux comportent également de nombreuses superstitions qui y sont critiquées.

II. Se protéger : murailles et fortifications

L’emploi de talismans et d’objets apotropaïques pour protéger les villes et les forteresses est abondamment relayé dans les chroniques. Par exemple, Ibn ʿAsākir (499/1105-571/1176) indique que Damas fourmille de talismans. Ibn Kaṯīr (né vers 700/1300, m. 774/1373), s’appuyant sur Ibn al-ʿĀṣ, explique que de nombreuses défenses de ce type avaient été installées par les Grecs. Même des mosquées bénéficiaient de telles protections, comme la mosquée d’al-Azhar au Caire.
Les guerriers n’échappaient pas à cette importance culturelle de la magie. À partir du XIe siècle, Turcs et Kurdes érigent des murailles pour protéger leurs villes. L’ouvrage a pour but de rendre plus difficile la tâche des assiégeants.
Parmi les talismans, on trouvera par exemple la porte des serpents à Alep qui rend les morsures inoffensives. À Ḥarrān, Nūr al-Dīn (n. 511/1118, r. 541/1146-569/1174) fait percer la muraille de sept portes, où figurent des chiens enchaînés. Ces murailles sont réputées abriter des djinns.
En Égypte, les vestiges pharaoniques sont réemployés. Le matériau est particulièrement intéressant à l’époque pour sa qualité. De nombreuses pierres de Gizeh ont été utilisées, y compris certaines avec des divinités. Ainsi, des fortifications comportaient aussi des hiéroglyphes égyptiens.
De nombreuses figures protectrices se trouvent également en Ǧazīra. Les serpents sont un des animaux les plus représentés. Ainsi, la « porte du talisman » à Bagdad représente un être humain entre deux serpents. À Alep, la porte de la citadelle représente également des serpents, symbolisant la puissance talismanique et la domination politique du souverain. À Konya, ce sont harpies et aigles bicéphales qui ornent. À Qalʿat Naǧm, un lion à queue de serpent rappelle le rôle protecteur du prince. Dans le Diyarbakır, les tours de Yedi Kardeş et d’Ulu Badan sont surmontées d’un aigle bicéphale et serties de deux lions entourant une inscription.

Tour de Yedi Kardeş (Tour 39, Diyarbakır)

Tour de Yedi Kardeş (Tour 39, Diyarbakır)
Photographe : Werner Brüggemann, 1960-65
© Das Bild des Orients, Berlin
Source : http://www.das-bild-des-orients.de/index.php?lang=en&op=home&mod=e&bd=1673&page=6

Dans les années 1260, Baybars fait du lion son emblême. On le retrouve alors, par exemple, sur les monnaies. D’après al-Maqrīzī (766/1364-845/1442), la légende de Baybars dépasse celle de Saladin. Or, Saladin avait érigé une forteresse de Ṣadr dans le Sinaï, dans laquelle un nombre important de signes glorifiaient sa puissance. Ainsi, des étoiles à six branches gravées sur la seconde porte de la forteresse assure la protection du lieu et semble annoncer la volonté de reprendre Jérusalem. Le hammam également a une étoile à six branches dans son ouverture. Saladin était souvent comparé à Salomon, et le symbole de l’étoile à six branches ne manque pas de souligner cette comparaison. Un dirham syrien avec le même symbole a également été retrouvé.

Dīnār du sultan Baybars

Dīnār du sultan Baybars (The British Museum, OR.7274)
© The Trustees of the British Museum
Source : http://lc.cx/6Qz

III. L’armement

Les armes ne sont pas épargnées par l’usage de la magie. Par exemple, des carreaux d’arbalète avec des yeux porte-bonheur ont été mis au jour. Peintes en rouge, couleur, martiale par excellence, elles rappellent la couleur des turbans portés par les anges qui assistent les combattants lors de la bataille.
Certaines armes contiennent quelques formules coraniques, mais il est difficile de déterminer s’il s’agit d’inscriptions talismaniques à proprement parler. D’une manière générale, de nombreuses armes comportent des formules religieuses, comme par exemple les épées des débuts de l’islam conservées à Topkapı.
En revanche, on retrouve aussi l’étoile à six branches, par exemple sur le fourreau d’épée de Qayt Bay conservé à Toptapı.
David Nicole indique que de nombreux guerriers turcs utilisaient des amulettes sur le corps et sur les armes. Au niveau des protections, des cotes de maille avec des inscriptions ont été mises au jour, mais la protection la mieux connue est la chemise talismanique, une chemise avec de nombreuses inscriptions, formules et figures magiques, qui était portée sous l’armure.

IV. Sur le champ de bataille

Dans les récits de bataille, des éléments merveilleux interviennent, comme des cavaliers célestes qui arrivent pour aider l’armée. Le plus célèbre exemple est la bataille de Badr (2/624), à l’époque du Prophète, racontée par Ibn Isḥāq (né vers 85/704, m. 150/767). Des apparitions du même type sont rapportées par les auteurs arabes dans les récits de bataille contre les croisés. Des sorcières interviennent également, à l’instar de Ḏāt al-dawāḥī dans les Mille et une nuits, qui aide l’armée byzantine. Les chroniques latines rapportent aussi des interventions magiques, comme celle de deux sorcières qui voulaient jeter des sorts contre des machines de guerre et furent emportées. Les chroniqueurs musulmans dénonçaient plutôt l’animalité des croisés.

La bataille de Badr (624)

La bataille de Badr (624) d’après un manuscrit du Tārīḫ-Nāme d’al-Balʿamī (XIVe siècle)
Source : http://commons.wikimedia.org/wiki/File%3ABalami_-_Tarikhnama_-_The_Battle_of_Badr_-_The_angelic_host_is_sent_to_assist_the_Muslims.jpg

Ibn al-Ǧawzī relate également la fuite de Dubays b. Ṣadaqa (m. 529/1135), aventurier chiite du début du VIe/XIIe siècle, d’une bataille. Il est guidé et sauvé par l’apparition d’une vieille femme1.
Au delà des récits de bataille, de nombreux éléments visent à déstabiliser l’armée adverse. Les guerriers utilisent de la musique, des tambours, des feux de guerre, autant d’éléments qui suscitaient l’effroi des croisés, qui croyaient avoir affaire à des armes magiques.


Nous remercions Joachim Gierlichs de nous avoir gentiment permis d’utiliser la photographie de la tour Yedi Kardeş (Tour 39, Diyarbakır).


Pour citer ce billet : Jean-Charles Coulon, « Combattre les yeux fermés : magie, talismans et incantations dans la guerre dans l’Orient médiéval (compte-rendu de la conférence d’Abbès Zouache) », Le monde des djinns [Carnet de recherche], https://djinns.hypotheses.org/465, mis en ligne le 28 octobre 2015, consulté le 25 septembre 2018.

  1. Voir Abbès Zouache, « Dubays b. Ṣadaqa (m. 529/1135), aventurier de légende. Histoire et fiction dans l’historiographie arabe médiévale (vie/xiie-viie/xiiie siècles) », Bulletin d’Études Orientales, 58 (2008-2009), p. 103-104. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.