Athéisme magique : enquête sur un impensé de l’histoire intellectuelle (XVIe-XVIIe siècles) (journée d’étude)

Les 7 et 8 novembre a lieu la journée d’étude « Athéisme magique : enquête sur un impensé de l’histoire intellectuelle (XVIe-XVIIe siècles) » organisée par Adrien Mangili (Université de Genève) à l’Université de Genève.

Affiche de la journée d'étude « Athéisme magique : enquête sur un impensé de l’histoire intellectuelle (XVIe-XVIIe siècles) »
Affiche de la journée d’étude « Athéisme magique : enquête sur un impensé de l’histoire intellectuelle (XVIe-XVIIe siècles) »

Argumentaire

Athéisme magique. Le syntagme est volontairement provocateur. Et il a de quoi surprendre depuis une perspective contemporaine où la magie, les sciences occultes et, de façon plus générale, les arts curieux sont pensés en termes de crédulité et de superstition. Or on pourrait se demander si la pensée magique et l’incroyance ne se croisent pas plus souvent qu’on le pense dans la première modernité, que ce soit par exemple dans la conceptualisation d’un naturalisme matérialiste, d’une cosmologie organique autonome ou d’un déterminisme astral que certains rituels pourraient venir infléchir. La nature, avec ou sans démons, se concevrait alors comme une rivale de Dieu sur le terrain explicatif.

On le sait, les spéculations magiques prémodernes, si diverses soient-elles, ont aussi contribué à l’évolution des sciences et à leur empirisation. Mais on pourrait même aller plus loin et poser l’hypothèse selon laquelle elles ont contribué à fournir ce fameux « outillage mental » que Lucien Febvre refusait à la Renaissance, pour penser une Création sans Créateur, pour penser un univers infini et autosuffisant. Que ce soit dans une perspective philosophique, épistémologique ou plus simplement sur un mode métaphorique, dans un régime instrumental ou spéculatif, les liens entre magie et athéisme méritent d’être étudiés.

Sans prétendre sonder les cœurs des hommes et des femmes de la première modernité, cette journée d’étude interdisciplinaire voudrait non seulement interroger l’opposition entre magie et raison (largement informée par l’anthropologie du dernier siècle), mais aussi explorer la façon dont les arts magiques au sens large (magie naturelle, théurgie, alchimie, kabbale, etc.) ont pu potentiellement fertiliser les différentes formes d’incroyance (déisme, athéisme, irréligion, etc.) durant cette période. Il s’agit, en d’autres termes, de se défaire d’un anachronisme selon lequel toute pensée magique ou occulte est inséparable d’une forme de crédulité ou, pire, d’irrationalité.

Programme

Mardi 7 novembre 2023

(UNI MAIL, salle M1140)

14h00-14h15 : Accueil café

14h15-14h30 : Introduction et mot de bienvenue

Magie naturelle et naturalisme

Modérateur : Nicolas Fornerod

14h30-15h00 : Lorenzo Bianchi (Università di Napoli L’Orientale), « Libertinage érudit, naturalisme et magie naturelle : le cas de Naudé »

15h00-15h15 : Discussion

15h15-15h45 : Jean-Pierre Cavaille (EHESS), « Jacques Gaffarel : magie naturelle des talismans et exclusion du “supernaturel” »

15h45-16h00 : Discussion

16h00-16h15 : Pause-café

Mages italiens et irréligion

Modératrice : Maria-Cristina Pitassi

16h15-17h00 : Donato Verardi (Warburg Institute), « Athéisme magique ou agnosticisme scientifique ? La magie naturelle de Della Porta face à l’occulte et au surnaturel »

15h00-15h15 : Discussion

17h00-17h45 : Antonella Del Prete (Università di Torino), « Peut-on parler d’athéisme chez Giordano Bruno ? Univers infini et magie »

17h45-18h00 : Discussion

Mercredi 8 novembre 2023

UNI DUFOUR, salle U159

9h15-9h30 : Accueil café

Magie et scepticisme

Modératice : Dorine Rouiller

9h30-10h00 : Nicolas Correard (Nantes Université), « Spiritualisme magique et/ou scepticisme religieux : quelle articulation chez Corneille Agrippa ? »

10h00-10h15 : Discussion

10h15-10h45 : Adrien Mangili (Université de Genève), « Les pouvoirs magiques de la miraculeuse herbe balis. Entre incrédulité et irréligion »

10h45-11h : Discussion

11h00-11h15 : Pause-café

Ambivalences

Modératrice : Yasmine Atlas

11h15-11h45 : Nicole Gengoux (ENS de Lyon), « Rejet et utilisation de la magie par l’athéisme dans le Theophrastus redivivus et dans les romans de Cyrano de Bergerac »

11h45-12h00 : Discussion

12h00 : Repas de midi



Citer ce billet
Jean-Charles Coulon (2023, 30 octobre). Athéisme magique : enquête sur un impensé de l’histoire intellectuelle (XVIe-XVIIe siècles) (journée d’étude). Le monde des djinns. Consulté le 17 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ns9h

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search