Sorcières : des femmes libres à travers l’histoire de l’humanité (colloque)

Les 30 novembre et 1er décembre 2022 a lieu le colloque international « Sorcières : des femmes libres à travers l’histoire de l’humanité » organisé par l’Institut de Recherche en Langues et Littératures Européennes (ILLE) de l’Université de Haute-Alsace en collaboration avec l’Université de Strasbourg et LiLPa, l’Université de Luxembourg, l’Université de Sassari et avec l’aimable soutien du consulat général de France à New Orleans (États-Unis), du consulat général du Kazakhstan à Strasbourg ainsi que le soutien financier du projet Régional Pacte Compétences 2022-2023.

Dans le cadre du colloque a lieu une projection du film « Les sorcières d’Akelarre » de Pablo Agüero (5 prix Goya 2021), suivie d’un débat en présence du réalisateur (le 30 novembre 2022 à 14h30, amphi Weiss). Le colloque a lieu à l’Université de Haute-Alsace, campus Illberg, 6, rue des Frères Lumière, 68093 Mulhouse cedex, amphithéâtre Weiss.

Affiche du colloque « Sorcières : des femmes libres à travers l’histoire de l’humanité »
Affiche du colloque « Sorcières : des femmes libres à travers l’histoire de l’humanité »

Argumentaire

Magicienne depuis l’Antiquité, figure incontournable de la culture occidentale depuis le Moyen-Âge, la sorcière et ses histoires vieilles comme le monde ne cessent de fasciner et de révulser tout en ravivant le débat.

Toutes les civilisations et les époques ont leurs sorcières. Nous les connaissons au travers d’histoires fantasmatiques d’ensorceleuses et séductrices à l’image de Carmen (Mérimée) ou au travers d’histoires contant des femmes effrayantes et démoniaques (Faust de Goethe). Ce sont elles aussi qui constituent des sources d’inspiration pour dépeindre tantôt la femme jeune, fatalement belle et tentatrice, tantôt hideuse, vieille et au savoir maléque (Goya, Picard, Ensor).

La sorcière – lien entre la vie et la mort – jette des sorts, côtoie les forces obscures. Elle est haïe, maudite, brûlée. Capable d’« inverser le cours des fleuves, liquéfier les montagnes, éteindre les étoiles, faire descendre la Lune de son orbite » (Bouix)1, elle est déjouée et persécutée. Mais elle est aussi adorée pour sa féminité dotée de pouvoirs magiques de fécondité et de renouveau tout comme sa vision du progrès. Son mystère et surtout son pouvoir troublent et importunent.

Magicienne volant sur un balai, hérétique condamnée au bûcher, femme fatale achant une libido carnassière détournant les hommes du droit chemin, empoisonneuse maîtrisant l’art des poisons, démone maitrisant les forces de la nature, bref la sorcière maudite au Moyen-Âge est devenue une icône féministe incarnant pouvoir et indépendance. Transgressives et visionnaires, ces femmes puissantes n’hésitent pas à bouleverser l’ordre du monde établi. Ne seraient-elles pas trop puissantes et dérangeantes au point de devenir un parfait bouc émissaire à nos maux ?

Ce colloque interdisciplinaire et international a pour objectif d’interroger la société actuelle et ses dogmes par le prisme de la tragédie du mythe de la sorcière depuis l’Antiquité jusqu’à la cyber époque en balisant aux quatre coins du monde sous l’angle de diérentes approches : littéraire, linguistique, artistique, historique, médiatique, sociétale.

Nous proposons d’aborder le concept de la « sorcellerie » selon les axes de recherche suivants qui ne sont certainement pas exhaustives :

  • Pratiques de magie (sorcellerie, poupée hantée, poupées vaudou, chamanisme, satanisme, kabbalah, occultisme, magie blanche et magie noire, magie curative, pratiques maléques, rituels magiques, cultes, sorcellerie africaine),
  • Êtres mythiques et mythologiques (sorcières, ondines, voyantes, guérisseuses herboristes, fées, sangoma),
  • Sorcellerie dans la littérature (contes, mythes, littérature régionale, écritures démonologiques, œuvres populaires),
  • Féminin et masculin dans la magie et sorcellerie (études du genre, représentations du corps féminin à travers les regards masculins),
  • Féminin fatal (femme fatale, femme hypnotique à travers les œuvres et les courants littéraires et artistiques),
  • Représentation visuelle des sorcières (cinéma, photographie, peinture, dessin, affiche, illustration),
  • Sorcellerie dans le contexte socio-historique (pouvoirs villageois, institutions politiques et religieuses, persécutions, inquisition, chasses aux sorcières),
  • Discours sur la sorcellerie et ses enjeux politiques, théologiques et juridiques,
  • Perception/représentation de la sorcière selon les époques et les sociétés.

Programme

Mardi 29 Novembre 2022

Création mondiale : SAMĀ’, la lumière exilée de Pierre Thilloy (artiste associé au Grrranit, scène nationale)

• Œuvre complète : théâtre, danse soufie et musique Orient Occident, une œuvre envoûtante et tellurique adaptée des vers de Djalâl ad-Dîn Rûmi et Paul Claudel, un spectacle complet d’élévation, une transe… et plus encore.

• Lieu de représentation : la Maison du Peuple de Belfort (1, place de la Résistance, 90000 Belfort)

Mercredi 30 novembre 2022

8h30 : accueil des participants

9h00 : ouverture du colloque par le Président de l’UHA et les instances politiques

9h20 : Delphine Mann (Secrétaire générale Eurodistrict/Région Freiburg Centre et Sud Alsace), « Il était une fois de pauvres sorcières… »

Séance 1 : Regard historique

9h50-11h05

Emmanuel Nal (UHA), « Quand le philosophe en appelle à la sorcière : Diotime, une mystérieuse initiatrice à l’amour dans Le Banquet de Platon »

Myriam Chopin-Faron (UHA), « Mauvaises femmes, mauvaises filles ! Les sorcières du Moyen Âge sont-elles ces combattantes qui renversent l’ordre du monde ? »

Juliette Lancel (Institut des Humanités en Médecine, Lausanne), « Songes de sorcières. Controverses sur les rêves et la magie dans la France moderne »

11h05-11h20 : pause café

Séance 2 : Regard littéraire I

11h20-12h55

Laurent Angard (UHA), « Pauvres sorcières chez Dumas, ou l’art d’ensorceler le lecteur »

Bénédicte Élie (UHA), « La Sorcière et l’Ange : remarques sur un couple hugolien »

Pierre Girardey (Université de Franche-Comté), « Emerentia 1713 : l’enfant-sorcière comme figuration de l’enchantement poétique »

Mustapha Lakhlif (Université Hassan II de Casablanca), « Sorcières, empoisonneuses et hystériques ou la construction diabolisée de l’image de la femme dans les Métamorphoses d’Apulée »

13h00-14h30 : déjeuner

14h30 : projection du film de Pablo Agüero « Les Sorcières d’Akelarre » suivi d’un débat avec le réalisateur

17h30 : conférence ensorcelante au Learning Center par Cécile Merckel (Université de Strasbourg) & Co, « Incantations et harmonie du monde : les sorcières et la musique de l’Antiquité à nos jours, de Médée aux Rita Mitsouko »

19h30 : cocktail dînatoire

Jeudi 1er décembre 2022

8h45 : accueil des participants

Séance 3 : Sorcières et représentations

9h00-10h45

Monika Malinowska (Université de Varsovie), « La présentation de la femme/sorcière dans Czarownica powołana/Sorcière calomniée (1639) »

Estrella Gregori Algarra (Université Polytechnique de Valence), « Femme et sorcière, une association mortelle versus Homme et sorcier, un rapport prestigieux »

Mona Rortais (Université de Strasbourg/UHA), « Avoir un corps de femme : entre aliénation féminine et sorcières »

Lisa Gardin (Université du Luxembourg), « The reshaping of the image of the witch from the malevolent devil-worshiper to a (neo)pagan ritualist »

10h45-11h00 : pause-café

Séance 4 : Regard littéraire II

11h00-12h00

Loubna Nadim (Université de Grenade), « La construction de la figure dénaturée de la sorcière diabolique Aicha Kandicha dans la mythologie marocaine »

Gëzim Puka et Dhurata Hoxha (Université de Shkoder Luigj Gurakuqi), « Traces mythiques des sorcières dans des morceaux de la littérature albanaise »

12h00-13h30 : déjeuner

Séance 5 : Sorcières et religion

13h30-14h45

Marie-Noëlle Faure (Lycée Henri IV, Paris), « Une obsession meurtrière : la sorcière, fossoyeuse de la chrétienté »

Laurent Berec (UHA), « Deux exemples de modération à l’époque des sorcières : le huguenot Claude de Sainliens (c. 1535-1597) et le jésuite John Gerard (1564-1637) »

Claudia Reyes (Université Paul-Valéry Montpellier 3), « La chasse aux sorcières, l’origine des violences contre les femmes au Mexique ? »

14h45-15h00 : pause-café

Séance 6 : Entre voyage et exil

15h00-16h15

Juan Manuel Sanchez Diosdado (Université de Cadix), « Du maraboutisme aux pratiques des harems marocains : rituels et croyances dans les récits des voyageuses françaises »

Laura Carvigan-Cassin (Université des Antilles), « Les perspectives hétérotopiques offertes par Tituba, sorcière de Salem »

Céline Weck (UHA), « Helga M. Novak, sorcière en exil »

Séance 7 : Réactivation du mythe

16h15-17h10

Audrey Da Rocha (Université de Tübingen), « Résistantes, guérillères, sorcières ? Les femmes libres dans Viendra le temps du feu de Wendy Delorme »

Lucie Pouclet (Université de Lyon 2), « La réactivation du mythe de la sorcière à l’heure des réseaux sociaux. Mise en scène de pratiques magiques et esthétique witchy »

17h10 : clôture du colloque



Citer ce billet
Jean-Charles Coulon (2022, 30 novembre). Sorcières : des femmes libres à travers l’histoire de l’humanité (colloque). Le monde des djinns. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11o0l

  1. Christophe Bouix, Hocus Pocus-A l’école des sorciers en Grèce à Rome, Paris, Les Belles Lettres, 2012. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search