La magie et les talismans chez Ewliyā Čelebi (compte-rendu de la conférence de Jean-Louis Bacqué-Grammont)

Dans le cadre du séminaire « Images et magie dans le monde oriental médiéval » organisé par Jean-Patrice Boudet et Anna Caiozzo, Jean-Louis Bacqué-Grammont a présenté le lundi 25 novembre 2013 une conférence sur le thème « La magie et les talismans chez Ewliyā Čelebi ».

Les chefs d’œuvre des lettres ottomanes ont été peu publiés en langues occidentales. La culture ottomane a vite manifesté un intérêt pour l’extérieur des frontières de l’empire. C’est dans cette veine que fleurirent les récits de voyage et les ouvrages de géographie.

Carte de la mer Égée extraite du Kitab-ı Bahriye de Piri Reis

Carte de la mer Égée extraite du Kitāb-ı Baḥriyye de Pīrī Reʾīs
Source : http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Aegean_Sea_by_Piri_Reis.jpg

Ainsi, l’amiral Pīrī Reʾīs (n.v. 865-875/1460-1470, m. 961/1554) nous laissa d’intéressants documents. D’abord corsaire auprès de son oncle Kemāl Reʾīs, il s’intéressa aux cartes et fit lui-même une carte du monde en 1513, retrouvée en 1927-1928 dans les collections du musée de Topkapı. Sa carte s’appuie sur plusieurs autres, espagnoles et portugaises, dont celle de Christophe Colomb. Il écrivit également en 1521 un guide pratique de navigation, le Kitāb-ı Baḥriyye, contenant également de nombreuses cartes de l’Océan Atlantique. Son ouvrage reçut un tel accueil qu’une introduction en vers fut demandée. Il témoigne aussi bien des lectures que du parcours propre de son auteur. Ainsi, n’étant jamais allé en Corse, il se réfère à un ouvrage vénitien pour décrire l’île tandis que la description de la Sardaigne où il mena des razzias est marquée par son expérience personnelle. Bien introduit auprès du sultan Ibrāhīm Paša, ce dernier le chargea d’une mission en Égypte en 1524 pour y rétablir l’ordre.

Carte du monde de Piri Reis

Carte du monde de Pīrī Reʾīs
Source : http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Piri_reis_world_map_01.jpg

Kātib Čelebi (n. 1017/1607, m. 1067/1657) est un autre auteur marquant. Homme de cabinet et de bibliothèque, il est le premier à considérer les ouvrages antérieurs comme obsolètes et à apprendre le latin, l’italien et les langues européennes. Son ouvrage favori était l’Atlas de Mercator. Il entreprit ainsi d’écrire une cosmographie en turc, qu’il compléta jusqu’à sa mort. Le sultan de l’époque, Mehmed IV (qui régna de 1648 à 1687), portait un grand intérêt à la géographie et demanda donc à un autre géographe de continuer cette œuvre. Par la suite, ce sont des oulémas qui revivifièrent l’intérêt pour la géographie et firent republier les œuvres de Kātib Čelebi. Ainsi, en 1729, la première imprimerie ottomane en caractères arabes commença ses activités, sous réserve de n’imprimer aucun texte religieux conformément à la demande du Šayḫ al-islām de l’époque. En 1731, soit deux ans plus tard, l’ouvrage de géographie de Kātib Čelebi y était imprimé. Il existe aujourd’hui un exemplaire intégralement recopié à la main conservé à l’Académie des sciences et des lettres en Azerbaïdjan.

Mappemonde extraite du Ǧihān Nāme de Kātib Čelebi

Mappemonde extraite du Ǧihān Nāme de Kātib Čelebi, du manuscrit de la BnF, Supplément turc 215, daté du dimanche 28 rabīʿ al-ṯānī 1142/21 novembre 1729.
Source : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8414989f/f77.item

Ces deux précédents auteurs témoignent du goût des cours ottomanes pour les récits de voyage et les ouvrages géographiques. C’est dans cette littérature que s’inscrit l’œuvre d’Ewliyā Čelebi.

Ewliyā Čelebi (n. 1020/1611, m. 1095/1684) était un contemporain de Kātib Čelebi. Son père était joailler du palais impérial. Il apprit le grec grâce à un compagnon lui-même grec. Son oncle, d’origine caucasienne, était devenu grand vizir et le jeune Ewliyā l’accompagna en mission, notamment en Anatolie orientale. Il passa plus de quarante années de sa vie à voyager dans l’empire ottoman de l’Autriche à l’Iran, des steppes du nord de la Mer Noire à l’Égypte… Il laissa ainsi une relation de voyage, la Siyāḥat Nāme, en dix volumes dont le manuscrit original fut découvert à Topkapı dans les années 1980 et publié entre 1995 et 2007.

Il y aborde de nombreux thèmes qui suscitaient son intérêt et sa curiosité, parmi lesquels :

    • la parhélie, un phénomène atmosphérique où des gouttelettes de glace verticales se forment dans les nuages ;

    • l’ « autre » : il se demande, notamment chez les Tatars, si les populations par trop différentes ne seraient pas un peu diaboliques ;

    • les vins spiritueux et stupéfiants que l’on trouvait à Istanbul, dénombrant 114 produits de ce type ;

    • la coiffure du doge de Venise sur les monnaies, qu’il tente d’interpréter ;

    • le rhinocéros qu’il prétend avoir vu en Égypte ;

    • les supplices et exécutions : il évoque notamment l’utilisation de la tour de Galata, alors hérissée de piquets, du haut de laquelle on jetait les condamnés ;

    • la montagne Ǧabal al-ṭuyūr (litt. « la montagne des oiseaux ») en Moyenne Égypte, réputée attirer les oiseaux une fois par an, chaque espèce y envoyant un de ses membres pour y mourir dans une grotte1 ;

    • une éruption volcanique à Santorin, qu’Ewliyā Čelebi décrit alors qu’aucune éruption de grande envergure n’y avait eu lieu depuis plusieurs millénaires, sans doute l’histoire de l’éruption décrite vient-elle des populations grecques elles-mêmes ;

    • la faune nilotique, au sujet de laquelle il raconte des légendes, comme l’idée selon laquelle copuler avec un crocodile femelle permet de guérir les maladies vénériennes2. L’Anglais Richard Francis Burton (n. 1821, m. 1890) rapporte la même anecdote au XIXe siècle ;

    • les chats robustes, excellents chasseurs de rats et très demandés de Divriği (Turquie), dont la réputation était telle qu’on en fit venir à Ardabil alors infestée de rats3 ;

    • la station thermale Yalova (Turquie) où il allait pendant son enfance ;

    • la légende de l’ouverture du Bosphore par Alexandre le Grand ;

    • la découverte de la crème épilatoire recherchée par Salomon et dont la recette aurait été trouvée en Bosnie Herzégovine…

Tour de Galata (Istanbul)

Tour de Galata (Istanbul)
Source : http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Galata_tower_2005.jpg

Ces nombreuses anecdotes plaisantes et correspondant tout à fait à son rôle de nadīm (« commensal ») devant égayer les hôtes de la cour laissent penser que la relation de voyage d’Ewliyā Čelebi est parsemée de faits merveilleux et de références à la magie et aux talismans. Cependant, la liste établie par Jean-Louis Bacqué-Grammont montre que les faits de magie sont en réalité très limités.

Le premier type de référence à la magie que délimitait Jean-Louis Bacqué-Grammont était l’ « effet talismanique », associé à une bête ou un produit.

Le premier exemple se situe dans la plaine de Popova où se trouvaient, d’après Ewliyā Čelebi, de nombreux puits sans eau4. À chaque mois de juillet, ils se remplissaient d’eau et de poissons à l’odeur de musc et d’ambre brute. Celui qui mangeait de ses poissons était réputé se fortifier et acquérir une grande endurance pour le coït, si bien que l’expression « avoir mangé du poisson de Popova » se disait d’un individu à la libidinosité particulièrement développée. Cette anecdote peut être rapprochée d’une autre des ʿAǧāʾib al-Hind5 (Les merveilles de l’Inde) dans laquelle un vieillard raconte une anecdote selon laquelle il mangea un poisson qui lui provoqua une érection continue pendant de nombreuses années. Jean-Louis Bacqué-Grammont met en rapport cette anecdote avec un passage du roman policier L’aile d’airain écrit en 2003 par les sœurs Tran-Nhut et narrant une enquête du mandarin Tân dans le Viêt Nam du XVIIe siècle. Dans ce roman, chez une prêtresse taoïste, Rosée Céleste, obtient de Dame Hirondelle une recette de potion pouvant combattre l’impuissance6.

L’effet talismanique peut également être provoqué. Par exemple, au temps d’Alexandre le Grand, un maître aurait fait un talisman de bronze en forme de hamsi, un poisson qui devait son nom au fait d’apparaître principalement dans les cinquante jours (ḫamsīn) suivant les quarante jours (arbaʿīn) les plus froids. Cette statue pouvait attirer ainsi tous les poissons. Quand le Prophète arriva, il détruisit le talisman, mais l’effet continua de s’exercer dans la mer.

Le milieu aquatique est également l’objet d’une autre anecdote : dans le Caucase, des trésors gardés par un géant de bronze aux pouvoirs talismaniques se trouveraient au fond d’une rivière.

Ewliyā Čelebi évoque également des êtres magiques par nature comme les oburs des peuples circasiens et abâza (il s’agit de revenants magiciens et de sorciers). Ils tentèrent la nuit du 20 šawwāl 1076/25 avril 1666 de provoquer la fin du monde, donnant lieu à un épique récit de bataille7. Jean-Patrice Boudet souligna judicieusement à la fin de l’intervention que l’année 1666 était particulièrement importante pour les mouvements eschatologiques en Europe8, et que, partant, la date hégirienne avait de bonnes chances d’être une conversion à partir de l’ère chrétienne et non l’inverse.

Un autre type de magie qu’évoque Ewliyā Čelebi est la magie agissant sur le temps. En effet, il revient à plusieurs reprises sur les magiciens kalmouks et leur influence sur le temps qu’il peut faire9. Certaines pierres ont des propriétés similaires, comme le bézoard, qui peut – grâce à certaines incantations – provoquer la pluie, ce qui a des conséquences importantes dans le domaine militaire puisque cela détend les arcs et peut rendre rapidement une armée inefficace. Les sorciers kalmouks sont également réputés pouvoir faire geler les rivières et permettre ainsi le passage de troupes.

Guerrier kalmouk

Guerrier kalmouk représenté par Stéphane Pannemaker.
Extrait d’Auguste Wahlen, Mœurs, usages et costumes de tous les peuples du monde, d’après des documents authentiques et les voyages les plus récents, Bruxelles, Librairie historique-artistique, 1844, II, p. 482.
Source : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b23005647/f114.item

Bien que peu nombreuses pour un ouvrage en dix volumes, ces anecdotes racontées par Jean-Louis Bacqué-Grammont ont bien l’effet escompté et attendu : celui d’égayer et distraire agréablement un auditoire. Aussi, si ces récits trouvent leur origine dans des récits oraux – peut-être même aussi dans la littérature arabe des merveilles ou des traités de pharmacologie – ils n’offrent pas moins un agréable divertissement pour dépayser une élite stambouliote.

La communication de Jean-Louis Bacqué-Grammont a ainsi repris une ancienne contribution au colloque « Magie et divination dans les cultures de l’Orient » qui s’était tenu les 19 et 20 juin 2008 et avait été conjointement organisé par l’Institut du Proche-Orient Ancien du Collège de France, la Société Asiatique et le CNRS (UMR 7192). Cette communication fut publiée sous le titre « Magie et sortilèges dans la relation de voyage d’Evliyâ Çelebî », dans Magie et divination dans les cultures de l’Orient. Actes du colloque organisé par l’Institut du Proche-Orient Ancien du Collège de France, la Société Asiatique et le CNRS (UMR 7192) les 19 et 20 juin 2008, Paris – Collège de France, éd. Jean-Marie Durand et Antoine Jacquet, Paris, Éditions Jean Maisonneuve (« Cahiers de l’Institut du Proche-Orient Ancien du Collège de France », 3), 2010, p. 231-244.

Dans ce panorama complet, il semble toutefois manquer quelques épisodes qui furent traduits par Robert Dankoff et Sooyong Kim depuis la communication de Jean-Louis Bacqué-Grammont au Collège de France, notamment un épisode de sorcellerie dans un village bulgare10 ou l’histoire du talisman du nilomètre contre les crocodiles11. De même, il existe un chapitre 6 exclusivement consacré aux talismans dans le volume 1 de l’ouvrage, qui pourrait sans doute nous apprendre beaucoup sur la façon dont Ewliyā Čelebi pouvait penser les talismans et le merveilleux. Bien entendu, la conférence n’avait pas un but d’exhaustivité et ces quelques ajouts n’auraient pu apporter le même agrément que les anecdotes plus spécifiques présentées par Jean-Louis Bacqué-Grammont.


Compléments bibliographiques

Les études sur Ewliyā Čelebi ont bénéficié du 400e anniversaire de sa naissance en 2011. Cette année fut en effet déclarée « année Ewliyā Čelebi » par l’UNESCO. L’INALCO organisa les 14 et 15 novembre de cette année-là un colloque dont les actes parurent dans un numéro spécial des Cahiers balkaniques, 41 (2013).

Le Siyāḥat Nāme avait été édité en Turquie à la fin du XIXe siècle, à Dar Saʿātede Istanbul, Iqdām Maṭbaʿa Sī, 1314/1896, 10 vol. Il avait déjà été traduit en anglais dans Narrative of travels in Europe, Asia, and Africa, in the seventeenth century, tr. Joseph von Hammer, Londres, Parbury, Allen and Co-Oriental translation fund of Great Britain and Ireland, 1834-1850, 2 vols ; réimpr. à New York, Johnson reprint, 1968 puis de nouveau à Londres, Routledge (« The Muslim world, 1100-1700 », 1 ; « Royal Asiatic Society classics of Islam », 2/1), 2007.

Cette œuvre fait actuellement l’objet d’une édition critique doublée d’une traduction en anglais publiée progressivement chez Brill sous forme de collection. Celle-ci est éditée sous la direction de Klaus Kreiser sous le titre « Evliyā Çelebi’s Book of Travels ». Voici les volumes d’ores et déjà publiés :

Evliya Çelebi̇ in Diyarbekir, éd. Martin Van Bruinessen et Hendrik E. Boeschoten, Leyde, Brill (« Evliyā Çelebi’s Book of Travels », 1), 1988.

Evliya Çelebi in Bitlis, éd. Robert Dankoff, Leyde, Brill (« Evliyā Çelebi’s Book of Travels », 2), 1990.

Evliyā Çelebis Anatolienreise, éd. Korkut M. Buğday, Leyde, Brill (« Evliyā Çelebi’s Book of Travels », 3), 1997.

Manisa nach Evliyā Çelebi, éd. Nuran Tezcan, Leyde, Brill (« Evliyā Çelebi’s Book of Travels », 4), 1999.

Evliyā Çelebi in Albania and Adjacent Regions (Kosovo, Montenegro, Ohrid), éd. et tr. Robert Dankoff et Robert Elsie, Leyde, Brill (« Evliyā Çelebi’s Book of Travels », 5), 1999.

Evliyā Çelebī in Medina, éd. et com. Nurettin Gemici, tr. Robert Dankoff, Leyde, Brill (« Evliyā Çelebi’s Book of Travels », 6), 2012.

Evliyā Çelebī’s Journey from Bursa to the Dardanelles and Edirne, éd. et tr. Hakan T. Karateke, Leyde, Brill (« Evliyā Çelebi’s Book of Travels », 7), 2013.

À côté de cette collection, nous pouvons aussi signaler plusieurs traductions partielles, parmi lesquelles :

– Ewliyā Čelebi, La guerre des Turcs : récit de bataille, tr. Faruk Bilici, Arles, Actes Sud (« Sindbad : La bibliothèque turcque »), 2000.

– Ewliyā Čelebi, An Ottoman traveller: Selections from the Book of Travels of Evliya Çelebi, éd. et tr. Robert Dankoff et Sooyong Kim, Londres, Eland, 2010.

– Ewliyā Čelebi, Travels in Iran and the Caucasus, 1647 & 1654, tr. Hasan Javadi et Willem Floor, Washington, Mage Publishers, 2010.

Enfin, plus généralement sur l’homme, nous pouvons signaler Robert Dankoff, An Ottoman mentality. The world of Eviya Çelebi, Leyde, Brill (« Ottoman Empire and its heritage », 31), 2004.


Pour citer ce billet : Jean-Charles Coulon, « La magie et les talismans chez Ewliyā Čelebi (compte-rendu de la conférence de Jean-Louis Bacqué-Grammont) », Le monde des djinns [Carnet de recherche], https://djinns.hypotheses.org/347, mis en ligne le 11 février 2014, consulté le 21 juillet 2018.


  1. Ewliyā Čelebi, An Ottoman traveller: Selections from the Book of Travels of Evliya Çelebi, éd. et tr. Robert Dankoff et Sooyong Kim, Londres, Eland, 2010, p. 436-438. []
  2. Ibid., p. 392. []
  3. Ibid., p. 100-101. []
  4. Cette anecdote est traduite dans Jean-Louis Bacqué-Grammont, « Magie et sortilèges dans la relation de voyage d’Evliyâ Çelebî », dans Magie et divination dans les cultures de l’Orient. Actes du colloque organisé par l’Institut du Proche-Orient Ancien du Collège de France, la Société Asiatique et le CNRS (UMR 7192) les 19 et 20 juin 2008, Paris – Collège de France, éd. Jean-Marie Durand et Antoine Jacquet, Paris, Éditions Jean Maisonneuve (« Cahiers de l’Institut du Proche-Orient Ancien du Collège de France », 3), 2010, p. 236-237. []
  5. Il s’agit d’un ouvrage du marin persan Buzurg b. Šahriyār al-Nāḫudā l-Rāmhurmuzī (première moitié du IVe/Xe siècle). []
  6. Sur ces références, voir ibid., p. 232-233, notes 5 et 6. []
  7. La traduction de ce récit de bataille se trouve dans ibid., p. 237-239. []
  8. Voir par exemple Alexandre Y. Haran, Le lys et le globe : messianisme dynastique et rêve impérial en France à l’aube des temps modernes, Seyssel, Champ Vallon (« Époques »), 2000, p. 56. []
  9. Voir Jean-Louis Bacqué-Grammont, « Magie et sortilèges dans la relation de voyage d’Evliyâ Çelebî », p. 242-243. []
  10. Evliyā Čelebi, An Ottoman traveller, p. 101-102. []
  11. Ibid., p. 392-393. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.