La transmission des herbiers grecs de l’Antiquité à la fin du Moyen Âge (cycle de conférences)

Le vendredi 18 novembre 2022 commence le cycle de conférences « La transmission des herbiers grecs de l’Antiquité à la fin du Moyen Âge » par Marie Cronier (IRHT-CNRS) à l’EPHE (17 rue de la Sorbonne, 75005 Paris) les vendredis de 14h à 16h du 18 novembre 2022 au 26 mai 2023. Elle y reprend et développe notamment un cycle de conférences présentées en novembre 2021 à Naples en italien sous le titre « Intorno al trattato di Dioscoride Sulla materia medica: gli erbari greci dall’antichità al Rinascimento e la loro trasmissione in Oriente e in Occidente ».

La rose dans la traduction arabe du traité Sur la matière médicale de Dioscoride
La rose dans la traduction arabe du traité Sur la matière médicale de Dioscoride (MS copié à Samarqand en 475/1083)
Source : Discoride, trad. Ḥunayn b. Isḥāq, Kitāb al-Ḥašāʾiš fī hāyūlā al-ʿilāǧ al-ṭibbī, MS Leyde, Universiteitsbibliotheek, Or. 289, f. 39r.
URL : http://hdl.handle.net/1887.1/item:1578266

Argumentaire

Aux confins de la science et de l’art, un herbier se présente sous la forme d’un livre qui peut se décliner selon de multiples modalités, variant parfois au fil des siècles. L’enseignement se propose d’aborder la période qui précède le développement de la botanique en tant que science dans l’Europe occidentale du XVIe siècle, en se donnant pour objet le livre manuscrit grec contenant des textes consacrés aux plantes et à leurs usages, éventuellement accompagnés d’illustrations. Il est le fruit de recherches personnelles encore pour partie inédites menées depuis une quinzaine d’années.

Tandis que les herbiers latins ou en langues vernaculaires médiévales, surtout pour les derniers siècles du moyen âge, ont donné lieu à d’importants travaux au cours des dernières décennies, leurs pendants grecs – bien moins nombreux, assurément – ont jusqu’à présent suscité des approches qui relevaient surtout de l’histoire de l’art, mettant l’accent sur le plus ou moins grand réalisme des illustrations et sur leur intérêt dans l’identification des plantes représentées selon la nomenclature scientifique actuelle.

En contrepoint, l’enseignement proposé souhaite aborder ces livres du point de vue d’une histoire culturelle et analyser les modalités de leur transmission, d’une génération à l’autre, d’une région à l’autre, parfois d’une langue à l’autre. Car transmission il y a bien eu au cours des siècles, non seulement des textes mais aussi des images qui les accompagnaient – la réalisation de nouvelles figures, par exemple issues de l’observation directe de la nature, demeurant exceptionnelle jusqu’aux derniers siècles du moyen âge –, à travers un processus de reproduction plus ou moins fidèle de modèle à copie, dont différents exemples seront analysés. On s’attachera ainsi aux raisons qui ont conduit à la réalisation de tels objets, aux usages auxquels ils ont pu donner lieu, à la manière dont ils ont été lus et éventuellement recopiés, alors que la très grande majorité du savoir était alors transmise de manière orale.

Le fait est que de tels livres, des herbiers grecs, qui plus est illustrés, nous sont parvenus en nombre très restreint, phénomène qui ne peut s’expliquer uniquement par les aléas de la transmission matérielle des livres : au contraire, il semble que ces herbiers illustrés étaient tenus en haute considération, ce qui nous a permis de conserver par exemple plusieurs exemplaires de ce type écrits en majuscule grecque (dont le célèbre Dioscoride de Vienne, du début du VIe siècle), phénomène exceptionnel pour un texte profane.

La majorité des herbiers grecs illustrés d’époque médiévale sont des représentants du traité Sur la matière médicale de Dioscoride, célèbre encyclopédie de pharmacologie composée dans la seconde moitié du Ier siècle de notre ère. Originellement dépourvu d’illustrations, ce traité a connu de multiples remaniements dont plusieurs ont comporté l’ajout d’images – très majoritairement de plantes – en accompagnement de chaque chapitre. Le succès de l’œuvre fut tel qu’il entraîna en quelques siècles la disparition tous les autres ouvrages portant sur le même sujet.

L’enseignement s’organisera de manière chronologique, partant des témoignages littéraires sur l’existence des herbiers grecs dans l’Antiquité (notamment chez Pline l’Ancien), et prendra pour objets tout d’abord les papyrus produits dans les derniers siècles de l’Antiquité puis, principalement, les manuscrits grecs, qui furent réalisés dans différentes régions de l’empire byzantin mais aussi en Italie, jusqu’à l’apparition de l’imprimerie. Il développera des exemples de différents types d’herbiers : livres d’étude et d’érudition, manuels utilisés dans la pratique de la médecine, objets de luxe destinés à de riches commanditaires etc., en mettant en lumière le cas échéant de possibles changements d’usage survenus dans l’histoire des manuscrits.

On se concentrera sur les témoignages illustrés, sans s’interdire l’évocation de manuscrits dépourvus d’illustrations, mais on n’abordera que ponctuellement les problématiques d’histoire de l’art ou de botanique, l’approche est avant tout celle d’histoire culturelle et d’histoire du livre.

Nota bene : En raison de contraintes personnelles, les séances ne seront pas assurées les vendredis 9 décembre 2023, 31 mars, 7 avril et 19 mai 2023.

Pour citer ce billet : Jean-Charles Coulon, « La transmission des herbiers grecs de l’Antiquité à la fin du Moyen Âge (cycle de conférences) », Le monde des djinns [Carnet de recherche], https://djinns.hypotheses.org/2242, mis en ligne le 8 octobre 2022, consulté le 4 février 2023.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search