Interpréter et traduire le vocabulaire scientifique : promenades philologiques (journée d’étude)

Le lundi 20 juin 2022 a lieu la journée thématique de l’IRHT « Interpréter et traduire le vocabulaire scientifique : promenades philologiques » organisée par Marie Cronier (IRHT-CNRS) et Jean-Charles Coulon (IRHT-CNRS).

Chaque année, l’IRHT organise une journée thématique visant à faire dialoguer les chercheurs travaillant sur différentes langues et aires culturelles. Les sciences occultes sont particulièrement propices à ces échanges : en 2021, la journée thématique avait été consacrée aux « “révélations” comme support de transmission d’un savoir cosmologique » et en 2015 à « Science et magie entre Orient et Occident ».

Affiche de la journée thématique de l'IRHT « Interpréter et traduire le vocabulaire scientifique : promenades philologiques »
Affiche de la journée thématique de l’IRHT « Interpréter et traduire le vocabulaire scientifique : promenades philologiques »

Argumentaire

La journée thématique du lundi 20 juin 2022 propose d’explorer les difficultés inhérentes au vocabulaire scientifique dans les manuscrits. En effet, si à peu près n’importe quel type de texte peut contenir des noms de plantes, d’animaux, de minéraux, de maladies, de conjonctions astrologiques, etc., l’identification de ces termes n’a souvent rien d’évident si bien que leur interprétation et leur traduction nécessitent de faire appel à différents types de sources. Au problème de l’identification « scientifique » (est-il possible de trouver dans la nomenclature scientifique actuelle un équivalent pour les termes qui apparaissent dans les manuscrits médiévaux ?) s’ajoute celui de l’interprétation du terme dans des manuscrits dont les copistes n’avaient pas toujours une connaissance aiguisée de ce vocabulaire (en particulier dans le cas de traductions), mais aussi celui des représentations culturelles dont ces mots sont porteurs.

Les communications de la journée s’articuleront autour des thématiques suivantes :

  • études de cas sur l’identification et l’interprétation de noms de plantes, animaux, minéraux, termes médicaux, astrologiques, etc. aussi bien dans des textes scientifiques que littéraires ou religieux ;
  • questions lexicographiques sur le vocabulaire des sciences ;
  • traductions du vocabulaire scientifique d’une langue à une autre (traductions médiévales, modernes et contemporaines) ;
  • réinterprétations et variation sémantiques d’un terme dans une langue donnée, d’une région à une autre ou d’une époque à une autre.

Programme

9h30-9h45 : Ouverture (François Bougard) et introduction (Marie Cronier et Jean-Charles Coulon)

9h45-10h20 : « Enjeux de la dénomination des disciplines et de leurs praticiens en hébreu au Moyen Âge » par Jean-Pierre Rothschild (IRHT-CNRS)

À la faveur de travaux sur les traductions scientifiques, le vocabulaire hébreu spécialisé des disciplines a fait l’objet de maints glossaires ou études (en logique, astronomie, médecine, botanique, philosophie morale). Cependant, des termes-clefs de la désignation des disciplines mêmes ne sont pas cernés avec précision : reçus comme allant de soi ou au contraire perçus comme engageant des questions complexes de définition et de hiérarchie des savoirs. Il sera question ici de ḥokhmah, «science» ou «sagesse» / ḥakham, «savant ou sage» ; de l’adjectif kollel «général», en référence aux universaux (au Moyen Âge) ou à une totalité des savoirs (à la Renaissance) ; d’elahut, «divinité», «métaphysique» ou «théologie» / elohi, «divin», etc. ; de pilosof et de mitpalsef, «celui qui prétend philosopher».

10h20-10h55 : « La naissance du vocabulaire astronomico-astrologique en ancien français : quelques remarques » par Jean-Patrice Boudet (Université d’Orléans)

Vers 1270, sont élaborées les premières traductions en français de traités d’astronomie et d’astrologie (une huitaine de textes, dont trois traduits du latin et cinq de l’hébreu), une remarquable compilation relevant de la science des étoiles, L’introductoire d’astronomie, et les plus anciennes tables astronomiques en français accompagnées de leurs canons. Après une rapide description de ce corpus en grande partie inédit et du contexte dans lequel il s’inscrit, on examinera dans sa diversité le nouveau vocabulaire technique qui y est employé et sa postérité différentielle.

10h55-11h25 : Pause

11h25-12h00 : « Une traduction qui n’en est pas une : le point sur le corpus du Ps.-Mésué » par Iolanda Ventura (Università di Bologna)

Le corpus du Ps.-Mésué fait son entrée dans la culture médicale occidentale au milieu du XIIIe siècle. Présenté comme une traduction de l’arabe produite en Égypte par les soins (ou sous le mécénat) d’un Magister Flodus de Sorrento, il connaît un succès rapide. Aucun original arabe n’a pas pu être découvert jusqu’à présent. Le but de ma communication est de reprendre quelques indices tirés du contenu et du langage technique relatif à la pharmacopée et à la pharmacie pour essayer de faire le point sur la possible identification, à défaut de l’original, d’œuvres similaires, et de comprendre la nature – traduction d’un texte ou assemblage de matériaux – du corpus du Ps.-Mesué.

12h-12h35 : « Le vocabulaire de l’entomologie médiévale, ses termes génériques et ses néologismes » par Isabelle Draelants (IRHT-CNRS)

Créditée d’immobilisme, l’entomologie médiévale n’a pour ainsi-dire pas fait l’objet de recherches. Il est un fait que le vocabulaire, assez rare, désignant les vermes n’a pas beaucoup évolué entre les Étymologies d’Isidore de Séville (622) et de début du XIIIe siècle. Les encyclopédies naturalistes du milieu du XIIIe siècle accompagnent par un accroissement important des espèces nommées la nouvelle diffusion de l’Histoire naturelle de Pline et la redécouverte de la Zoologie d’Aristote dans la traduction arabo-latine de Michel Scot. Celle-ci introduit des substituts – annulosa et rugosa – à la place d’insecta pour désigner les « petits animaux segmentés ». Le changement s’accentue avec l’assimilation de l’Abbreviatio super librum De animalibus d’Avicenne (du même traducteur), observée surtout chez Albert le Grand. Dans une volonté explicative typique de la philosophie naturelle, le dominicain adopte les nomenclatures élargies des encyclopédistes et les néologismes du traducteur d’Aristote et d’Avicenne. On se propose de faire rapidement l’histoire de cette évolution, en soulignant l’élargissement du regard sur les insectes à partir de 1200 et l’arrivée dans le paysage entomologique de quelques nouveaux mots qui n’auront pas toujours le succès qu’ils auraient mérité.

12h35-14h15 : déjeuner

14h15-14h50 : « Un lexique trilingue de la pharmacopée (grec, latin, arabe) : le Breviarium de Stéphane d’Antioche » par Marie Cronier (IRHT-CNRS)

Originaire de Pise et installé à Antioche dans les années 1120, Stéphane y traduit de l’arabe en latin sous le nom de Regalis dispositio la grande encyclopédie médicale connue comme le Kitāb a-Malikī d’al-Mağūsī. En annexe, il ajoute un Breviarium, lexique alphabétique des termes de la pharmacopée organisé en trois colonnes (grec, arabe, latin) et encore inédit. La présente communication s’intéressera à la façon dont ce lexique a été constitué et tentera d’identifier ses sources, pour apporter une nouvelle pièce à l’étude du multiculturalisme et du multilinguisme à Antioche au XIIe siècle.

14h50-15h25 : « Traduire en grec le vocabulaire médical arabe dans la Sicile du XIIe siècle : l’exemple du Viatique du voyageur d’Ibn al-Ǧazzār » par Thibault Miguet (Université de Paris-Est Créteil)

La traduction grecque de l’encyclopédie médicale arabe du Viatique du voyageur a été effectuée en Sicile, probablement autour du début du XIIe siècle. Il s’agit d’une traduction très littérale qu’il n’est par moments par possible de comprendre sans l’aide du texte arabe. Elle pose donc des problèmes intéressants de traductions de mots (concepts médicaux, maladies). Nous nous concentrerons sur la traduction du vocabulaire de l’imagination, et nous interrogerons sur l’emploi occasionnel de termes grecs très rares (hapax ou quasi-hapax, mots littéraires), qui détonnent dans cette traduction apparemment très fruste de l’arabe.

15h25-15h55 : Pause

15h55-16h30 : « Le Kitāb al-Aḥjār (Livre des pierres) attribué à Aristote : du Moyen Âge aux études orientalistes » par Jean-Charles Coulon (IRHT-CNRS)

L’identification des pierres est une difficulté des textes scientifiques médiévaux. Un nom arabe peut, selon le contexte, désigner plusieurs pierres, comme deux noms peuvent désigner la même pierre. De là, les lapidaires sont particulièrement importants pour notre connaissance de la minéralogie. C’est en ce sens que l’apocryphe Kitāb al-Aḥjār (Livre des pierres) attribué à Aristote a été abondamment étudié dans les études orientalistes.

16h30-16h45 : Conclusions

Pour citer ce billet : Jean-Charles Coulon, « Interpréter et traduire le vocabulaire scientifique : promenades philologiques (journée d’étude) », Le monde des djinns [Carnet de recherche], https://djinns.hypotheses.org/1938, mis en ligne le 20 juin 2022, consulté le 5 décembre 2022.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search