Magie, féerie, sorcellerie (colloque)

Du 13 au 15 mars 2019 a lieu le colloque « Magie, féerie, sorcellerie » organisé par Danielle Buschinger à l’Université de Picardie-Jules Verne dans l’Unité de recherche TRAME (Textes, représentations, archéologie, autorité et mémoire de l’Antiquité à la Renaissance, EA 4284). Le colloque a lieu au Logis du Roy (Place du Palais de Justice, 9 square Jules Bocquet, Passage du Logis du Roy, 80000 Amiens).

Enluminure représentant Merlin

Enluminure représentant Merlin
Romans arthuriens, MS Paris, Bibliothèque Nationale de France, Français 95, fol. 223r.
Source : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000108b/f453.item
© Gallica-BnF

Argumentaire

La magie est le propre de l’homme : personne n’a jamais prétendu voir un animal se livrer à des conjurations afin de modifier l’ordre des choses. Cependant, si la pratique magique est inhérente à l’ensemble des sociétés humaines, ses modalités sont exceptionnellement diverses, en dépit d’un certain nombre d’invariants—au nombre desquels appartiennent la certitude qu’existent des forces ou des pouvoirs capables de court-circuiter les règles de la nature, et la conviction qu’un certain nombre d’hommes et de femmes sont capables de les maîtriser ou de les manier.
Il se trouve que dans le monde occidental, la religion officielle que fut le christianisme pendant plus d’un millénaire a initié deux développements parallèles à partir du tronc commun magique : la sorcellerie, d’une part, inévitablement liée à la figure du Diable et à la hantise de l’hérésie, et la féerie, de l’autre, sorte de tentative à demi réussie pour ouvrir une porte de sortie autre que démoniaque au personnel surnaturel hérité du monde antique et polythéiste.
Pendant quelques siècles, entre le XIIe et le XVe, une sorte d’équilibre s’est créé, entre une magie savante pratiquée par des clercs à la pointe du progrès, une magie populaire, perçue vaguement comme répréhensible et sans doute démoniaque, mais en définitive trop commune et naturelle pour être effectivement condamnée, et une croyance tacite, en partie absorbée, ou reconduite, par l’imaginaire littéraire, en un univers parallèle peuplée de créatures plus ou moins semblables aux humains et dotées de pouvoirs merveilleux.
Mais cette harmonie douteuse se rompt à partir de la fin du XVe siècle, pour des raisons que l’on n’est jamais vraiment parvenu à élucider en dépit des multiples théories avancées : alors même que ce que l’on appelle la « Renaissance » en oubliant qu’il y en a déjà eu au moins deux voit le triomphe de la magie savante, la chasse aux sorcières se déclenche avec une virulence redoutable dans les régions les plus instables de l’Europe, balayant avec elles le monde de Féerie identifié de façon simpliste au royaume des démons.
La fin du monde ne s’étant décidément pas produite, le temps des bûchers finit par passer, et le plus grand danger qui menace désormais les praticiens de l’art d’ingremance, c’est le scepticisme des Lumières, qui range dans le même panier la foi en Dieu ou en ses saints, l’adoration du Diable, les « contes de fées » vains et plaisants, et les croyances de tout poil en un univers surnaturel où les règles communes ne s’exercent plus. « Désenchantement du monde » plus radical peut-être que celui que prône Martin Luther.
La magie fait retour cependant, comme elle l’a toujours fait : sous le masque des sciences nouvelles dont s’entichent le XVIIIe et encore, à sa façon, le XIXe siècle, sous la défroque de la sorcellerie populaire enracinée dans un monde rural où rares sont les villages qui n’ont pas leur famille de sorciers héréditaires en possession de leur grimoire, derrière les silhouettes de l’extra-terrestre ou du mutant qui remplacent la fée. En attendant son essor foudroyant à la fin du XXe siècle, quand la quête existentielle se joint à l’aspiration à une spiritualité « alternative » et au goût pour la littérature « de l’imaginaire » pour réactiver le continuum magique — de l’Âge d’Aquarius à Harry Potter.
Nous invitons les contributions de tous horizons, du champ littéraire à l’histoire de la magie, en passant par les arts, les sciences, l’histoire ou les sciences sociales, de l’époque carolingienne au XXIe siècle.


Programme

Mercredi 13 mars 2019

9h15 : « Which Witch? “Women’s Knowledge” and Semantic Confusion in the Charges of Witchcraft against Joan of Arc » [= « Quelle sorcière ? “La connaissance des femmes” et la confusion sémantique dans les accusations de sorcellerie contre Jeanne d’Arc »] par Jeff Richards (Bergische Universität Wuppertal)
9h45 : « Zwischen Hexenangst und querelle des femmes. Malleus maleficarum und von dem Vorzug und der Fürtrefflichkeit des weiblichen Geschlechts vor dem männlichen » [= « Entre peur des sorcières et querelle des femmes : le Malleus maleficarum et le privilège et la précellence du sexe féminin sur l’homme »] par Fausto De Michele (Institut für Romanistik Graz und an Vergleichende Literaturwissenschaft der Universität Wien)
10h15 : « Donner à entendre le surnaturel dans les films “médiévaux” : la magie de la musique » par Anne Ibos-Augé (CESCM, Université de Poitiers)
10h45 : pause
11h15 : « Merlin, magicien ou prophète ? » par Natalia Petrovskaia (Université d’Utrecht)
11h45 : « De la sorcellerie à la sagesse : L’âne d’or d’Apulée » par Roy Rosenstein (Université Américaine de Paris)
12h15 : déjeuner
13h15 : « Quelques réflexions sur le rapport entre merveilleux et réalisme magique » par Angelica Rieger (RWTH Aachen University)
13h45 : « Nigromancie et autonomie de l’art » par Friedrich Wolfzettel (Goethe Universität Frankfurt am Main)
14h15 : « The Space of Magic: Design and magic in Erec et Enide » [= « Le lieu de la magie : motif et magie dans Érec et Énide »] par Patricia Gillies (University of Essex)
14h45 : pause
15h15 : « Les effrits : typologie et histoire d’une catégorie de djinns dans la littérature magique arabe médiévale » par Jean-Charles Coulon (IRHT-CNRS)
15h45 : « La magie dans l’Apocalypse : la toute-puissance en question » par Serguei Panov (Moscou)
16h15 : « Pratiques superstitieuses et imaginations littéraires : quelques récits brefs allemands du Moyen Âge » par Klaus Ridder (Eberhard Karls Universität Tübingen)
16h45 : assemblée générale du Centre d’Études Médiévales de Picardie
17h : remise de ses Mélanges à Astrid Starck par Philippe Olivier (Académie des Arts de Berlin)

Jeudi 14 mars 2019

9h : « Feenfiguren Frankreichs bei Heine und Droste-Hülshoff » [= « Figures de fées de la France à Heine et Droste-Hülshoff »] par Winfried Woesler (Universität Osnabrück)
9h30 : « Feen, Einhörner und Zaubertiere. Die enge Verbindung von Naturkunde und Magie im deutschsprachigen Hochmittelalter » [= « Fées, licornes et animaux magiques : le lien étroit entre histoire naturelle et magie dans le haut Moyen Âge germanophone »] par Sandra Hofert (Johannes Gutenberg-Universität Mainz)
10h : pause
10h30 : « Mayse bukh et magie » par Astrid Starck (Institut de recherche en Langues et Littératures Européennes, Université de Haute Alsace)
11h : « Die Akten eines Tiroler Hexenprozesses von 1540 » [= « Les dossiers d’un procès de sorcière du Tyrol de 1540 »] par Max Siller (Universität Innsbruck)
11h30 : « Die Herren der Ringe » [= « Les seigneurs des anneaux »] par Désirée Mangard (Universität Innsbruck)
12h : déjeuner
13h : « Magie à l’opéra, au travers de “L’Ange de Feu” de Prokofiev, du “Freischütz” de Weber et des “Diables de Loudun” de Penderecki » par Philippe Olivier (Académie des Arts de Berlin)
13h45 : « Teufel, Hexen, Juden. Der ‘teuflische Gestank’ als Kennzeichen für Außenseiter über Jahrhunderte » [= « Diables, sorcières, juifs : la “puanteur diabolique” comme marque pour les étrangers depuis des siècles »] par Winfried Frey (Goethe Universität Frankfurt am Main)
14h15 : « Der Zauberer an der Grenze – Grymmoner als Schlüsselfigur in der Königin Sibille und im Loher und Maller » [= « Le sorcier à la frontière – Grymmoner en tant que personnage clé de Königin Sibille et de Loher und Maller »] par Ronny Schulz (Christian-Albrechts-Universität zu Kiel) et Witt Wiebke (Christian-Albrechts-Universität zu Kiel)
15h : « Magische Sprachhandlungen in den altdeutschen Beschwörungssprüchen » [= « Actes du discours magique dans les anciennes incantations allemandes »] par Galina Baeva (St. Petersburg University)
15h30 : pause
16h : « Magie und Minnebande in den Gawan-Büchern von Wolframs Parzival » par Miriam Strieder (Universität Innsbruck)
16h30 : table ronde des étudiants de Vienne (Fausto De Michele) : « Alles zum Teufel… in der Kunst und in der Literatur » [= « Tout l’enfer… dans l’art et la littérature »]
20h : repas amical

Vendredi 15 mars 2019

9h : « La magie dans l’œuvre de Louis Cattiaux, peintre et hermétiste » par Odile Dapsens (Université catholique de Louvain et Université d’Orléans) et « Aux frontières du licite : tour d’horizon des experimenta conservées dans un manuscrit de magie anglais du XVe siècle » par Hélène Colleu (Université d’Orléans)
9h30 : « La criminalisation des faits de sorcellerie dans l’affaire des sorciers du carroi de Marlou » par Martine Marzloff (CERCC, ENS Lyon) et « “Thou know’st we work by wit and not by witchcraft” (Iago): Magic and Manipulation in Othello » [= « “Tu sais que nous travaillons avec l’esprit et non par sorcellerie” (Iago) : magie et manipulation dans Othello »] par John Gillies (University of Essex)
10h : pause
10h30 : « La Magie comme matrice fictionnelle de la série Once Upon A Time » par Bochra Charnay (Université de Lille) et « La terminologie magique dans les traductions judéo-italiennes du rituel et de la Bible » par Michael Ryzhik (Bar-Ilan University)
11h : « Magie et illusion dans le théâtre de Goethe » par Géraldine Ponsolle (Université de Limoges) et « Fonction de l’imaginaire magique dans l’univers romanesque des XIIe-XIIIe siècles » par Anna Kukulka-Wojtasik (Uniwersytet Warszawski)
11h30 : « La magie anecdotique : Justinien et Théodora selon Procope de Césarée » par Andrey Golubkov (Université de Moscou) et « Magie auf der spätmittelalterlichen und frühneuzeitlichen Bühne » [= « La magie à la fin du Moyen Âge et au début de la scène moderne »] par Andrea Grafetstetter (Université Littoral Côte d’Opale)
12h : déjeuner
13h30 : « Yogini, ni déesse ni démone » par Vaneeda Weisgerber (Institut National du Patrimoine) et « Cueillettes, potions, chaudrons : rester belle (ou le devenir) au Moyen Âge » par Marie-Geneviève Grossel (Université Polytechnique Hauts-de-France)
14h : « Elementi magici e soprannaturali nel poema persiano Vis e Rāmin di Gorgāni (XIe sec) » [= « Éléments magiques et surnaturels dans le poème persan Vis e Rāmin de Gorgāni (XIe siècle) »] par Nahid Norozi (Alma Mater Studiorum Università di Bologna) et « Magie, féerie et sorcellerie dans Petit Zacharie de Hoffmann » par Aline Le Berre (Université de Limoges)
14h30 : « Le cheval de fust : exploration du domaine de vol. Enquête sur l’imaginaire des objets “automobiles” dans la littérature des douzièmes et treizièmes siècles » par Pierre Levron (CNRS) et « La tradition magique dans les légendes relatives à Muhammad dans la littérature occidentale médiévale (XIIe-XIVe siècles) entre nigromancie et féerie » Florence Ninitte (Université catholique de Louvain)
15h : pause
15h30 : « Hans Sachs, la magie et la chasse aux sorcières » par Florent Gabaude (Université de Limoges)
16h : « Quelques magiciens dans la littérature allemande : Malagis, Clinschor et ses avatars (Gansguoter–Klingsor) » par Danielle Buschinger (Université de Picardie-Jules Verne)
16h45 : « Féerie et Sorcellerie, deux visages de la Magie (Gastvortrag) » par Anne Berthelot (University of Connecticut)


Pour citer ce billet : Jean-Charles Coulon, « Magie, féerie, sorcellerie (colloque) », Le monde des djinns [Carnet de recherche], https://djinns.hypotheses.org/1227, mis en ligne le 12 mars 2019, consulté le 17 septembre 2019.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.