Les mots, les sorts : le lexique de la magie dans les mondes musulmans (atelier)

Le samedi 8 juillet 2017 a lieu un atelier d’une journée sous le titre « Les mots, les sorts : le lexique de la magie dans les mondes musulmans », organisé par Ayda Bouanga (LabEx HaStecCéSor-EHESS) et Jean-Charles Coulon (IRHT-CNRS) à l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco) à Paris (65, rue des Grands Moulins, Paris) dans le cadre du deuxième congrès du Groupement d’Intérêt Scientifique « Moyen Orient et Mondes Musulmans ».


Argumentaire

« Il y a dans l’éloquence de la magie » aurait affirmé le Prophète selon un hadith. Les traités de magie islamique font de la parole un moyen d’action privilégié sur le monde sublunaire. La langue est une question centrale en magie, dans la théorie comme dans la pratique. En effet, la formule magique emploie une terminologie, une graphie, voire une grammaire spécifique. Bien que cette langue de la magie ressemble à la langue usuelle, elle suppose une initiation pour que ses mystères se dévoilent.
L’objectif de cet atelier est d’engager un dialogue autour des mots et du vocabulaire des pratiques magiques dans la diversité des mondes musulmans, à différentes périodes. Pour ce faire les interventions interrogeront la lexicographie, la linguistique, les traductions, les transferts et l’efficience des mots tels que les noms divins ou les noms barbares.


Programme

9h-9h20 : introduction par Ayda Bouanga (LabEx HaStecCéSor-EHESS) et Jean-Charles Coulon (IRHT-CNRS)

Première session : la divination dans l’Iran contemporain

9h20-9h45 : Laetitia Fronval (CEIASEHESS) : « Dire et traduire la divination dans l’Iran contemporain : les mots de la bibliomancie »
En Iran, il est coutume d’ouvrir le Coran et le Dīvān de Ḥāfeẓ afin de chercher des réponses à de multiples questions et de prédire l’avenir. Ces pratiques de bibliomancie ne sont toutefois pas systématiquement perçues comme des procédés divinatoires. À partir du vocabulaire employé par les praticiens comme les requérants, nous tenterons d’analyser les références à la tradition divinatoire de l’islam et nous intéresserons à l’introduction de mots renvoyant à une culture globalisée.

9h45-10h : discussion

10h-10h30 : pause

Page d'un manuscrit du Dīwān de Ḥāfeẓ

Page d’un manuscrit du Dīwān de Ḥāfeẓ
Manuscrit copié par Hidāyat Allāh Kātib Šīrāzī (floruit 1000/1591-1592), conservé à la BnF, Paris (Smith-Lesouëf 207, fol. 2v)
Source : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8427190j/f10.item
© Gallica-BnF

Deuxième session : cultes de possession et exorcismes

10h30-10h55 : Maho Sébiane (CREMCNRS) : « Aux frontières de l’invisible. Cultes de possession africains et croyance magico-religieuse islamique en Arabie orientale »
Pour les Zunûj – une population de descendants d’esclaves est-africains en Arabie orientale -, les entités immatérielles qui se manifestent durant leurs rites de possession sont qualifiées de « Vents » et dénommés as-sawâhili (ceux de la côte est-africaine). De leur point de vue, ces esprits de possession sont différents des Djinns, connu en Islam pour être des entités capables de posséder les êtres humains, et les zâr une autre catégorie d’entités immatérielles connue également dans la région. Ma communication s’attachera à décrire la manière dont s’articule la catégorisation de ces entités immatérielles en Arabie orientale, notamment sur la cohérence des critères classificatoires en usage chez les Arabes et les Zunûj. Elle présentera d’abord de quelle façon les esprits Djinns et Vents se trouvent être différents par leur nature, mais imbriqués sur le plan de l’interprétation locale. Elle proposera, ensuite, comment les sawâhili et les zâr, peuvent être envisagés comme des sous catégories d’esprits relevant de la catégorie initiale des Vents, sans doute culturellement d’origine est-africaine et ne pouvant être confondus avec la catégorie les Djinns.

10h55-11h20 : Makéda Ketcham (CFEECNRS) : « Le zar Adal Moti, le seigneur de l’Adal »
Le culte des zar en Éthiopie est divers et varié selon les régions et les milieux socio-culturels où il se pratique. Mes recherches se sont orientées vers le culte des zar dit « Amhara » dans la région du Wällo, au centre des hauts plateaux éthiopiens. Chaque zar du panthéon, oromo ou amhara, chrétien ou musulman, a ses attributs, ses chants, ses invocations et il délivre, par la bouche de son « cheval », des messages.
Dans cet exposé je mettrai en avant un grand zar héréditaire oromo et musulman, Adal Moti. Bien que les zar, aux premiers abords, soient toujours perçus négativement, comme apportant la maladie, ils possèdent aussi « une face claire », liée à la guérison. Ils protègent ceux qui leur vouent un culte ainsi que leur famille.

11h20-11h50 : discussion

Déjeuner

Troisième session : les documents magiques égyptiens au confluent des trois monothéismes

13h-13h25 : Emma Abate (EPHE) : « Mots pour les hommes, mots pour les démons. Petit lexique familial de la magie juive »
L’efficacité de la magie repose sur le choix des mots et sur leur attitude performative. Pourtant, la langue des textes magiques juifs se présente comme un mélange artificiel servant à la foi à un emploi conventionnel et symbolique. L’intention de ma contribution est d’explorer les diverses couches et fonctions de la langue magique à partir de l’analyse d’exemplaires manuscrits hébreux inédits provenant de la Genizah du Caire.

13h25-13h50 : Naïm Vantieghem (Université de Princeton) : « Mots et noms barbares dans les documents magiques égyptiens »
Pour donner aux textes qu’ils écrivaient une dimension secrète et pour les rendre davantage performateurs, les praticiens de la magie en Égypte recouraient volontiers à des mots barbares, c’est-à-dire des mots constitués d’une succession de lettres arabes ou coptes, qui n’ont de sens dans aucune de ces deux langues. Dans ma contribution, je proposerai un catalogue et une étude lexicographique de ces mots barbares tels qu’ils apparaissent dans les papyrus et les papiers arabes, et tenterai, quand cela est possible, de déterminer leur origine et de comprendre dans quel contexte précis ils étaient utilisés.

13h50-14h10 : discussion

Quatrième session : la magie des minorités : les exemples de l’aljamiado et du samaritain

14h10-14h35 : Esther Fernández Medina (Université de Grenade) : « Sillos, aljawatimes ou herzes : le lexique magique dans les manuscrits aljamiados »
Les morisques, les descendants des musulmans d’al-Andalus convertis au christianisme, en Espagne moderne, ont porté une culture originale. Nous nous concentrerons sur la langue aljamiada, romance écrite en graphie arabe préservée dans les manuscrits aljamiados, et la particularité hybride et archaïque du lexique de la magie.

14h35-15h00 : Fanny Urien (EHESS) : « Les pratiques magiques dans la communauté samaritaine : usages et représentations de l’hébreu samaritain »
La langue liturgique de la communauté, usuellement appelée hébreu samaritain, est largement employée dans les pratiques magiques samaritaines contemporaines. Pour de nombreux clients, sa graphie issue de l’alphabet paléo-hébraïque évoque à la fois l’étrangeté et l’ancienneté. Mon intervention s’attachera à décrire les divers usages performatifs de cette langue – arithmancie, carrés magiques, récitation de formules, confection d’amulettes et de talismans – ainsi que les représentations qu’elle génère.

15h00-15h20 : discussion

15h20-15h30 : conclusion par Ayda Bouanga (LabEx HaStecCéSor-EHESS) et Jean-Charles Coulon (IRHT-CNRS)


Pour citer ce billet : Jean-Charles Coulon, « Les mots, les sorts : le lexique de la magie dans les mondes musulmans (atelier) », Le monde des djinns [Carnet de recherche], http://djinns.hypotheses.org/894, mis en ligne le 4 juillet 2017, consulté le 19 septembre 2017.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *