Recherches en histoire des textes scientifiques et magiques au Moyen Âge (séminaire 2016-2017)

Le séminaire intitulé « Recherches en histoire des textes scientifiques et magiques au Moyen Âge » organisé par le pôle Sciences du Quadrivium de l’IRHT, dirigé par Jean-Patrice Boudet, continue en cette année universitaire 2016-2017. Ce séminaire a pour but de présenter des recherches sur l’histoire des sciences médiévales au sens large.

[Le programme des séances n’étant pas encore totalement fixé, nous mettrons à jour ce billet au fur et à mesure de la programmation]


Programme des séances

– Vendredi 30 septembre 2016 (10h-12h) à la salle Baratlier du Centre Augustin-Thierry, avenue de la Recherche Scientifique, Orléans.
Jean-Patrice Boudet (Université d’Orléans) : « Un rescapé de la condamnation de l’astrologie à Paris en 1494: le manuscrit latin 7344 de la Bibliothèque nationale de France »

Version latine d'un traité d'astrologie attribué à Abū Maʿšar al-Balḫī

Extrait du Georgii Zothori Zapari Fenduli liber astrologicus, ex Albumasar, Alim Syro et Maymone Kaliffa concinnatus : accedunt figurae
(manuscrit de Paris, BnF, Latin 7344, fol. 28b)
Source : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b105160904/f64.item
© BnF – Gallica

– Vendredi 9 décembre 2016 (10h-12h), à la salle Baratlier du Centre Augustin-Thierry, avenue de la Recherche Scientifique, Orléans.
Iolanda Ventura (Université d’Orléans) : « L’œuvre médicale du pseudo-Mesue, un dossier à reprendre »

De consolatione medicinarum de Mesue [Yūḥannā b. Māsawayh]

Page du De consolatione medicinarum de Mesue [Yūḥannā b. Māsawayh]
Mesure, De consolatione medicinarum, Modène, Iohannem Vursder de Campidona, 1475, p. 2r (exemplaire conservé à la Biblioteca europea di informazione e cultura).
Source : http://gutenberg.beic.it/webclient/StreamGate?folder_id=200&dvs=1479249398980~406

– Vendredi 27 janvier 2017 (10h-12h) à la salle Baratlier du Centre Augustin-Thierry, avenue de la Recherche Scientifique, Orléans.
Tamara Andrucovici (Université de Paris-Sorbonne) : « Exorcisme et démonologie à Byzance : nouvelles recherches »

Résumé

Le terme grec « ἐξορκισμός » révèle une pratique de l’exorciste consistant à conjurer un ou plusieurs démons par son nom, afin d’inverser l’équilibre des forces et de détenir l’emprise sur le démon. Le Testament de Salomon expose ainsi la manière dont le roi biblique a contraint 72 démons à bâtir le Temple de Jérusalem grâce à l’anneau de l’archange Michel. Les gialloudochartia constituent une source abondante de ce type d’exorcismes « par le nom » effectués par des clercs ou quiconque savait écrire afin de prémunir le porteur de l’amulette contre l’esprit démoniaque. Ces formes d’exorcisme sont inspirées de la tradition juive. Les monastères orthodoxes détiennent encore des gialloudochartia peu étudiées, susceptibles de présenter une source supplémentaire, notamment pour l’époque des Paléologues. Les Euchologia contiennent également des textes d’exorcismes destinés à l’usage des moines et à des fins domestiques.
La démonologie relève de l’anthropologie sociale à Byzance, où culture matérielle, théologie, spiritualité́ générale fonctionnent comme un ensemble cohérent, les démons détenant un rôle primordial dans la compréhension du monde. L’exorcisme répond à un désordre. Le démon sert à attribuer un comportement qui n’est pas acceptable socialement à une figure extérieure ; accuser quelqu’un d’être possédé par un démon permet de disculper l’individu de la gravité de ses actes afin de lui accorder des circonstances atténuantes. Par son caractère punitif, l’exorcisme permet de réintégrer l’individu en le disculpant de son côté asocial, offrant à la société concernée une manière de gérer ses individus.
L’évolution de ce que l’on pourrait appeler « l’écologie démoniaque » oblige l’exorciste à s’adapter, en offrant des pratiques et rituels idoines ; afin que l’exorcisme soit performant, il est indispensable, pour l’exorciste, de comprendre la manière dont la possession – i.e. le(s) démon(s) – opère(nt). Les démons émergent du paganisme ; bannis des temples et des objets qu’ils investissaient naguère, ils sont relégués au désert où la foi chrétienne des moines égyptiens ne manque pas de les traquer. Polymorphes, ils habitent des zones aériennes, aquatiques, terrestres à l’époque d’Auxence († 470), opérant de manière diversifiée : illusions, tentation spirituelle, possession immédiate de durée indéterminée – la rechute dans l’état de péché impliquant parfois une nouvelle possession par un (ou plusieurs) démon(s) ; de même que le recul de la vie chrétienne dans un lieu donné peut laisser place aux démons du paganisme.


Pour citer ce billet : Jean-Charles Coulon, « Recherches en histoire des textes scientifiques et magiques au Moyen Âge (séminaire 2016-2017) », Le monde des djinns [Carnet de recherche], https://djinns.hypotheses.org/747, mis en ligne le 29 septembre 2016, consulté le 28 avril 2017.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *