Recherches en histoire des textes scientifiques et magiques au Moyen Âge (séminaire)

Le pôle Sciences du Quadrivium de l’IRHT, dirigé par Jean-Patrice Boudet, organise un séminaire intitulé « Recherches en histoire des textes scientifiques et magiques au Moyen Âge » pour l’année universitaire 2015-2016. Ce séminaire a pour but de présenter des recherches sur l’histoire des sciences médiévales au sens large.


Programme des séances

– Vendredi 25 septembre 2015 (10h-12 h) à la salle J. Vieillard de l’IRHT (40, avenue d’Iena, Paris)
Matteo Valleriani (Max Planck Institute for the History of Science, Berlin) : « Network of Knowledge and the Tradition of Sacrobosco’s Tracts The Sphere » [= Le réseau de savoir et la tradition du traité sur La sphère de Jean de Sacrobosco]

Résumé
Au début de la période moderne, et dès la fin du XIIIe siècle, une reformulation de l’ancien enseignement astronomique prend forme, sous le nom de De Sphaera. Originellement, l’intitulé De sphaera indique un ensemble de notions visant à définir le cosmos d’une manière qualitative dans une conception géocentrique. Une telle conception prend nettement sa source dans la cosmologie antique et en particulier dans la perspective aristotélicienne sur le monde, selon laquelle le cosmos est constitué de sphères concentriques. Au cours du processus de réélaboration des savoirs scientifiques arabes en Occident au XIIIe siècle, cette tradition érudite prit une nouvelle forme et de nouveaux traités sur “la sphère” furent produits, dont la caractéristique était de restructurer le contenu plutôt que d’introduire des nouveautés théoriques.
L’un de ces traités, celui de Jean de Sacrobosco, inaugura une nouvelle tradition savante dont le succès ne s’est pas démenti pendant quatre siècles. Si l’on ne prend en considération que la période qui s’étend de la diffusion de l’imprimerie à la fin du XVIIe siècle, près de 400 éditions du “Traité de la sphère” de Sacrobosco furent imprimées en Europe. Ce nombre impressionnant témoigne de l’augmentation du public sur tout le continent, à l’intérieur comme à l’extérieur du monde universitaire, alors que le traité original, relativement bref, a subi une transformation considérable et fut continûment agrandi et enrichi au cours des éditions successives.
Au moyen d’une méthodologie qualitative et quantitative fondée sur les règles de la “théorie des réseaux” (network theory) empruntée à la sociologie, on montrera que le traité comme sa longue tradition peuvent être identifiés et circonscrits comme une “identité scientifique” propre au continent européen.

Abstract
At the beginning of the early modern period, toward the end of the 13th century, a reshaping of the old knowledge tradition called De Sphaera took place.
Originally De Sphaera denotes a well-defined cluster of notions that qualitatively describe the cosmos according to a geocentric conception. Such a conception clearly originated in ancient cosmology and in particular in the Aristotelian worldview according to which the cosmos is constituted of concentric spheres. During the process of a re-elaboration of both ancient and Arabic scientific knowledge in the western 13th century, this knowledge tradition was reshaped. 13th-century authors engaged in producing new treatises on The Sphere which were characterized by giving the content a new structuring rather than introducing new content. With one of these treatises, namely Johannes de Sacrobosco’s, a new tradition of knowledge began and continued for four centuries. Taking into consideration only the period that begins with the diffusion of printing technology and goes until the end of the 17th century, almost 400 editions of Sacrobosco’s The Sphere were printed in Europe. The impressive number of prints testifies for a growing audience in and outside the universities all over the continent while the originally short treatise underwent a profound transformation, as it was continuously enlarged and enriched with more and more subjects.
By means of a qualitative and quantitative approach dictated by the rules of network theory, it will be shown that the treatise entitled The Sphere of Sacrobosco together with its long lasting tradition represent the virtual place in which a shared scientific identity was shaped over the European continent.

– Vendredi 22 janvier 2016 (10h-12h) à la salle Baratlier du Centre Augustin-Thierry, avenue de la Recherche Scientifique, Orléans.
Florence-Chave-Mahir et Julien Véronèse ont présenté leur livre Rituel d’exorcisme ou manuel de magie ? Le manuscrit Clm 10085 de la Bayerische Staatsbibliothek de Munich, Florence, Sismel-Ed Del Galluzzo (« Micrologus’ Library », 73 ; série « Salomon Latinus », 3).

Rituel d'exorcisme ou manuel de magie ?

Couverture de Florence-Chave-Mahir et Julien Véronèse, Rituel d’exorcisme ou manuel de magie ? Le manuscrit Clm 10085 de la Bayerische Staatsbibliothek de Munich, Florence, Sismel-Ed Del Galluzzo (« Micrologus’ Library », 73 ; série « Salomon Latinus », 3).

– Vendredi 11 mars 2016 (10h-12h) à la salle Baratlier du Centre Augustin-Thierry, avenue de la Recherche Scientifique, Orléans.
Jean-Charles Coulon (IRHT-CNRS, section arabe) : « La tradition hermétique indienne en Islam : l’exemple du Livre de Sharāsīm l’Indienne ».

– Vendredi 8 avril 2016 (10h-12h) à la salle Baratlier du Centre Augustin-Thierry, avenue de la Recherche Scientifique, Orléans.
Bruno Halff et Muriel Roiland (IRHT-CNRS, section arabe) : « Les facteurs d’astrolabes dans le monde islamique ».

Astrolabe réalisé en 1118 par Muḥammad b. Aḥmad al-Baṭṭūṭī

Astrolabe réalisé en 1118 par Muḥammad b. Aḥmad al-Baṭṭūṭī
© NasserD. Khalili Collection of Islamic Art [SCI 30]


Pour citer ce billet : Jean-Charles Coulon, « Recherches en histoire des textes scientifiques et magiques au Moyen Âge (séminaire) », Le monde des djinns [Carnet de recherche], http://djinns.hypotheses.org/710, mis en ligne le 3 avril 2016, consulté le 23 octobre 2017.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *